Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : les employés du conseil départemental trop souvent absents

mercredi 22 novembre 2017 à 20:16 France Bleu Périgord

Les employés du conseil départemental sont ils trop souvent absents ? La chambre régionale des comptes vient de rendre son rapport sur l'exercice 2010 et 2015. Elle épingle la gestion des ressources humaines. Les jours d'absence pour maladie ordinaire ont augmenté de 22% depuis 2013.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France

Dordogne, France

Le conseil départemental épinglé par la chambre régionale des comptes. Dans un rapport sur l'exercice 2010 et 2015, elle montre du doigt la gestion des ressources humaines du département. L'absentéisme est trop important.

Parmi les travers, la durée du travail des agents est inférieure à la durée légale. Les 1 900 employés en moyenne ne travaillent que 1544 heures par an contre 1607 heures normalement. Ce serait un conséquence d'un accord de Robien, antérieur aux 35 heures, qu'a signé le département. Il est plus avantageux que les 35 heures. Près de 40 % des salariés en bénéficie en 2013 et en 2015. Ces accords coûtent chers, près de 3,8 millions d'euros au département.

Capture d'écran du rapport de la chambre régionale des comptes qui relèvent le taux d'abstention "trop élevé" en 2013 par rapport à la normale.  - Radio France
Capture d'écran du rapport de la chambre régionale des comptes qui relèvent le taux d'abstention "trop élevé" en 2013 par rapport à la normale. © Radio France

Un absentéisme supérieur au taux moyen

Au conseil départemental, le taux d'absentéisme s'est élevé à 12,8% en 2013 et 13,6% en 2015 contre une moyenne de 7,8 % ou 9,3 % en France selon les sources. Les jours d'absence pour maladie ordinaire ont augmenté de 22 % depuis 2013, souligne le rapport.

"60 % des agents du département touchent 1600 euros par mois, ce ne sont pas des nantis" - Germinal Peiro, actuel président du conseil départemental.

Une majorité des agents du département ont plus de 60 ans

Le président du Conseil départemental, Germinal Peiro dément. Selon lui, il aurait "des chiffres qui montrent qu'ils ont un absentéisme inférieur au taux national des collectivités locales." Il explique tout de même le fort taux d'absentéisme par la moyenne d'âge avancée des salariés, une majorité, selon lui, aurait plus de 60 ans. "C'est normal qu'à 60 ans, on soit plus absent surtout si on fait un métier difficile."

"On ne remplace pas un agent sur deux pour faire des efforts mais on devrait anticiper parce qu'après il y a surcharge de travail." - Gilles Gourbat, secrétaire général UNSA.

"Il y a des postes qui sont physiques", se méfie Gilles Gourbat, secrétaire général UNSA au conseil départemental. Le problème de l'absentéisme viendrait également de la gestion des départs. "On ne remplace pas un agent sur deux pour faire des efforts mais on devrait anticiper parce qu'après il y a surcharge de travail et donc arrêt de travail."

Une solution : la pointeuse ?

Quelles préconisations ? Serait-il nécessaire de mettre en place une pointeuse pour les agents ? C'est ce que recommande la chambre régionale des comptes. Le président du conseil départemental est contre. Un système avait été mis en place mais ça n'a pas fonctionné parce qu'il peut y avoir des abus à l'envers. "Si vous arrivez à 6 heures du matin et que vous pointez, vous partez à 14 heures et ça ce n'est pas acceptable".

Germinal Peiro pense donc plutôt à "rassembler les heures de travail pour minimiser les coûts de déplacements ou les frais de repas". Mais il insiste il n'a pas mis ce chantier en place et ne le fera pas d'une manière autoritaire. Il ne remplacera pas en revanche tous les départs à la retraite.