Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : les gérants du restaurant Riverside inquiets à cause des travaux sur les quais de Bergerac

mercredi 9 janvier 2019 à 3:26 Par Emeline Ferry, France Bleu Périgord

Les travaux pour réaménager le centre historique de la ville et les quais ont commencé fin septembre, et vont durer jusqu'en juin. Les gérants du Riverside notent une baisse de 40 à 50% de leur chiffre d'affaires depuis le début du chantier. Et ils s'inquiètent pour l'avenir.

Le Riverside est situé sur le quai Salvette, jusqu'en face de la Dordogne.
Le Riverside est situé sur le quai Salvette, jusqu'en face de la Dordogne. © Radio France - Emeline Ferry

Bergerac, France

Le chiffre d'affaires est en baisse de 40 à 50%, notent les deux gérants du bar-restaurant Le Riverside, situé quai Salvette à Bergerac. Depuis le début des travaux fin septembre, ils voient leur clientèle baisser.

Depuis plusieurs mois, un chantier, qui coûte 4 millions d'euros, est en cours pour rénover le centre historique de Bergerac. L'Office de tourisme va s'installer dans la Maison des vins. Une voie verte est en construction. 

Mais les futurs aménagements interrogent certains commerçants directement concernés. C'est le cas des deux patrons du Riverside, inquiets et en colère depuis le début du chantier. "On a l'impression d'être seuls face au mur", déplore Olsi Cota, qui regrette le manque de concertation et de communication de la mairie et de la Communauté d'agglomération de Bergerac (CAB) qui organisent les travaux.

Difficile de se garer près du restaurant

Le principal problème, c'est la suppression définitive du parking sur le port, juste en face du restaurant. 86 places disparaissent. "Je ne sais pas comment les gens vont faire pour se garer. Ils vont devoir laisser leur voiture sur l'espace haut de la ville. Il y a un petit parking près d'ici, mais il est pris d'assaut", explique l'autre gérant, Philippe Mérignac. 

Les 86 places de parking, situées sur le port, juste en face du restaurant, sont supprimées. - Radio France
Les 86 places de parking, situées sur le port, juste en face du restaurant, sont supprimées. © Radio France - Emeline Ferry

"Est-ce que les gens vont continuer à venir s'il faut marcher 10 minutes sous la pluie en plein hiver ?", s'inquiète-t-il. "La plupart des restaurants à côté de chez nous sont saisonniers, mais nous, on est ouverts toute l'année"

Autre point noir : la sécurité. Les deux patrons restent interrogatifs face aux futurs aménagements du quai Salvette. Le parking sur le port est supprimé, un large trottoir et une verte sont construits de l'autre côté de la route. Et côté restaurant, il y aura 2m80 de trottoir. "Mais ce qui nous inquiète, c'est que cette grande ligne droite est maintenue, sans chicane ou sans ralentisseur. Les voitures vont rouler vite et passer à quelques centimètres des tables en terrasse", ajoute Philippe Mérignac.

Rester ouvert toute l'année ou devenir saisonnier ?

L'impact provoqué par les travaux sur le chiffre d'affaires pousse les responsables de l'établissement à reconsidérer l'avenir. Faut-il rester ouvert toute l'année ou devenir saisonnier ? "On y pense", confie Olsi Cota, qui dit songer à faire un crédit pour pouvoir continuer à payer ses employés. 

Le bar-restaurant est fermé jusqu'à fin janvier, car la phase de travaux sur le trottoir devant la façade vient de commencer. Mais la réouverture en février n'est pas certaine. "On ne sait pas s'il est plus rentable de rester fermé ou d'ouvrir alors que la clientèle baisse", déplore-t-il. 

La réponse de la CAB

De son côté, la CAB indique qu'elle reste ouverte à la discussion, et n'exclut pas une indemnisation, si le préjudice est prouvé.

Le trottoir en face est élargi pour accueillir la future voie verte.  - Radio France
Le trottoir en face est élargi pour accueillir la future voie verte. © Radio France - Emeline Ferry