Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Dordogne : les gilets jaunes bloquent l'imprimerie nationale du timbre

mardi 27 novembre 2018 à 15:02 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

L'imprimerie nationale du timbre de Boulazac est bloquée ce mardi en Dordogne par environ 70 gilets jaunes. Une usine visitée en juillet dernier par Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat qui n'a pas convaincu les manifestants avec son discours

Les gilets jaunes devant l'imprimerie du timbre à Boulazac
Les gilets jaunes devant l'imprimerie du timbre à Boulazac © Radio France - Antoine Balandra

Boulazac, France

Emmanuel Macron a donc tenté de calmer la colère des gilets jaunes ce mardi. Il a affirmé qu'il voulait entendre les "protestations d'alarme sociale". Mais il n'a quasiment pas annoncé de nouvelles mesures immédiates.

Seulement une concertation de terrain sur la transition écologique qui devrait durer trois mois. Le président a tout de même annoncé une augmentation du soutien aux énergies renouvelables. Et surtout que la fiscalité sur les carburants s'adaptera aux fluctuations des prix... 

Pendant ce temps, la mobilisation des gilets jaunes continue en Périgord. Des gilets jaunes venus de Périgueux, Trélissac, Sarlat ou Port de Couze ont même bloqué une bonne partie de la journée ce mardi l'imprimerie nationale du timbre à Boulazac (là où sont imprimés tous les timbres français notamment). 

Une imprimerie visitée par Emmanuel Macron en juillet dernier

L'usine a été visitée par Emmanuel Macron en juillet dernier, le chef de l'Etat était venu inspecter la fabrication du nouveau timbre avec la nouvelle Marianne. 

"C'est l'Etat, c'est l'usine de Périgueux je pense qui rapporte le plus d'argent à l'Etat. Donc c'est pour cela que l'on a visé cet endroit-là aujourd'hui. Les livraisons ne rentrent pas, les employés ne rentrent pas" explique Morgane, la porte parole des gilets jaunes

Ce mardi, ils sont environ 70 répartis devant les deux grands portails du site. Il est 12h20. L'heure habituelle de la prise de service pour une grosse centaine de salariés de l'imprimerie.

Blocage de l'imprimerie du timbre à Boulazac par les gilets jaunes - Radio France
Blocage de l'imprimerie du timbre à Boulazac par les gilets jaunes © Radio France - Antoine Balandra

Mais pour ces ouvriers, aujourd'hui impossible de rentrer. Parmi eux, Sébastien Fouret, le délégué CGT du site, est un peu gêné : "nous, quand on manifeste, on dépose un préavis de grève, et puis ensuite, on ne bloque pas le site, mais c'est leur responsabilité" dit-il

Et pendant ce blocage, certains ont branché les radios pour écouter le discours d'Emmanuel Macron. Avec au final, une rage peut être encore plus grande comme pour Daniel, venu de Sarlat : "moi je ne l'écoute plus, je trouve que c'est un blabla de plus sur son discours depuis 2 ans, on le connaît, il annonce des trucs, il fait le contraire, et de toute façon c'est une goutte d'eau dans l'univers de la colère des gilets jaunes" dit-il.

"On connaît son discours, nous ce que l'on voudrait dire, en ce qui concerne la pollution des véhicules, il faut savoir que les gens qui sont dans les villes qui sont d'accord pour la taxe écologique, eux ils utilisent le vélib' la semaine, et le week-end il partent en voyage en avion, des voyages qui ne sont pas surtaxés. Ensuite, la crise économique, on se fout de la gueule du monde, il y a une pauvreté grandissante, on ne revalorise rien, il faut des SMIC, des salaires revalorisés" continue Daniel.