Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : les producteurs de foie gras face à une explosion des coûts de production

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

C'est une conséquence de la crise sanitaire : le cours des matières premières explose et touche la filière foie gras. Entre le prix des aliments et le prix des emballages, les professionnels font face à une augmentation de leur coût de production. Ils en appellent à la responsabilité des clients.

Un élevage de canards ( illustration)
Un élevage de canards ( illustration) © Radio France - David le Deodic

Contrairement aux Landes, le Périgord a échappé cette année à la crise de grippe aviaire, mais toute la filière foie gras doit maintenant faire face à une explosion du cours des matières premières. Entre le prix des aliments et celui des emballages, les coûts de production explosent. "C'est arrivé sur la toute fin d'année 2020, tout début 2021", explique Florian Boucherie, le responsable en Dordogne du CIFOG (Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras). "On a fait le bilan après les trois premiers mois de 2021, on arrive à des prix qui sont aussi hauts qu'en 2014, et l'indice ITAVI, qui fait office de référence sur le domaine, nous fait constater une hausse spectaculaire de plus de 22% entre ces trois premiers mois de 2021 par rapport à l'ensemble de l'année 2020."

À cela, il faut ajouter le prix des oiseaux qui a explosé à cause de la grippe aviaire, rappelle Florian Boucherie : "Les accouveurs, qui forment l'élément de départ de notre filière, ont été impactés par les nombreux foyers d'influenza aviaire. Ils sont obligés, pour leur survie financière, d'augmenter le prix des canetons et des oisons."

L'enjeu, c'est d'arriver à faire entendre à la grande distribution qu'ils ont besoin d'un coup de pouce dans ce passage très délicat.

Pour ne pas y laisser des plumes, les professionnels appellent leurs clients à la responsabilité. Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne, selon qu'ils produisent en filière courte et assurent toute la production du gavage à l'emballage, ou en filière longue, avec une spécialisation des tâches et des débouchés généralement gérés par des contrats signés voilà plusieurs mois avec la grande distribution. "Tous ces indicateurs-là n'étaient pas connus et on ne pouvait absolument pas les prévoir", rappelle le représentant du CIFOG en Dordogne. "Donc pour les collègues de la filière longue, l'impact et le préjudice est bien plus important. En filière courte, on a la chance d'être dans un département comme le Périgord, on voit que sur l'ensemble de ces années, depuis très longtemps, le consommateur répond toujours présent, que ce soit pour les fêtes de fin d'année ou pour les fêtes de famille, notre produit qui est quand même haut de gamme et festif est toujours dans l'attente des consommateurs."

Florian Boucherie, responsable en Dordogne du CIFOG, le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras

Choix de la station

À venir dansDanssecondess