Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : les salariés de la biscuiterie Saint-Michel toujours mobilisés en soutien à leur collègue licenciée

lundi 8 octobre 2018 à 11:56 Par Emeline Ferry et Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Environ cinquante salariés se sont mobilisés à nouveau devant l'usine ce lundi matin. Ils dénoncent un "licenciement abusif" dont aurait été victime une de leurs collègues.

Une cinquantaine de salariés de l'usine s'est mobilisée ce lundi matin.
Une cinquantaine de salariés de l'usine s'est mobilisée ce lundi matin. © Radio France - Valérie Dejean

Champagnac-de-Belair, France

Ils dénoncent un "licenciement abusif". Après un premier débrayage vendredi, les salariés de la biscuiterie Saint-Michel, à Champagnac-de-Belair, se sont à nouveau mobilisés ce lundi 8 octobre. Ils étaient une cinquantaine rassemblés devant l'usine ce matin, pour protester contre le licenciement d'une de leurs collègues, en fin de semaine dernière. 

Ils espèrent être reçus par la direction pour pouvoir plaider sa réintégration. "On est en grève pour la soutenir. Aucune usine de production ne tourne", explique Laurent Eymard, délégué syndical CGT. 

Une collègue très appréciée, "un modèle"

Il raconte la façon dont sa collègue a été licenciée : "C'est à cause d'un petit mot. Parfois, il y a des coups de gueule entre collègues, c'est normal, on règle nos comptes. Sauf qu'au lieu de le faire de vive voix, elle a écrit un petit mot à un collègue. Le mot est remonté jusqu'à la direction, qui l'a convoquée et licenciée sur le champ"

"Elle a été convoquée par la direction et n'a pas eu le droit de revenir à l'usine. Elle a dû prendre ses affaires, rendre son badge et partir" - Michaël, un collègue

La salariée licenciée, d'une trentaine d'années, avec deux enfants et "un crédit sur les bras", travaillait à la biscuiterie depuis sept ou huit ans. Elle était très appréciée de ses collègues. "C'était un modèle, quelqu'un avec une grande conscience professionnelle et qui prenait son poste avec conviction", estime Michaël, un collègue.

Les usines de production sont à l'arrêt.  - Radio France
Les usines de production sont à l'arrêt. © Radio France - Valérie Dejean

Il raconte que le licenciement a été très brutal. "Elle a été convoquée par la direction et n'a pas eu le droit de revenir à l'usine. Elle a dû prendre ses affaires, rendre son badge et partir", ajoute-t-il. 

La direction ne souhaite pas communiquer sur ce sujet.