Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : les salariés des menuiseries Grégoire partent en vacances le cœur lourd

vendredi 3 août 2018 à 19:27 Par Charles De Quillacq, France Bleu Périgord

Les salariés de l'usine des menuiseries Grégoire à Saint-Martial-d’Artenset sont partis en vacances ce vendredi 3 août sans savoir si ils reviendront y travailler en septembre. L'entreprise en redressement judiciaire va supprimer au minimum 170 postes.

Une trentaine de salariés se sont réunis avant la fermeture estivale de l'usine
Une trentaine de salariés se sont réunis avant la fermeture estivale de l'usine © Radio France - Charles de Quillacq

Saint-Martial-d'Artenset, France

Sur la route qui longe l'usine, certains automobilistes klaxonnent encore pour soutenir les salariés des menuiseries Grégoire.  Mais de l'autre côté, la trentaine de salariés encore mobilisée n'a plus de cœur à la lutte. Tous partent en vacances ce vendredi soir, mais pour au moins 170 d'entre eux, c'est la dernière fois qu'ils passent la porte de l'usine.

Triste et désabusé 

Depuis le 18 juillet Grégoire Menuiseries a été placé en redressement judiciaire. Le mouvement social n'a jamais vraiment pris. Plus de 200 salariés sont pourtant sur la sellette. Une situation qui rend Stéphane amer, il a campé une semaine devant l'usine. "Certaines personnes en CDI depuis 10 ans vont partir avec moins d'un an de salaire en indemnité, c'est ridicule. Tout ça parce qu’on a pas su mobiliser assez."

Des vacances dans l'angoisse 

En attendant l'annonce du nom du futur repreneur le 8 août prochain, les salariés des menuiseries partent en vacances le cœur lourd. Dans le meilleur des cas, 170 salariés seront licenciés. "Les vacances c'est foutu ! Je vais passer un mois a attendre une lettre de licenciement qui arrivera... ou pas" explique Anthony ,18 ans d'entreprise. Après l'annonce du futur repreneur, le première lettre de licenciement devrait arriver vers le 18 août.