Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : les syndicats toujours mobilisés à l'usine Fromarsac de Marsac-sur-l'Isle

-
Par , France Bleu Périgord

Depuis vendredi, la CGT et FO ont déposé un préavis de grève illimité à l'usine Fromarsac de Marsac-sur-l'Isle qui fabrique notamment le fromage Saint-Morêt. Une rencontre avec la direction pourrait avoir lieu ce lundi soir

L'entreprise se situe à Marsac-sur-l'Isle en Dordogne. Photo d'illustration
L'entreprise se situe à Marsac-sur-l'Isle en Dordogne. Photo d'illustration - capture d'écran Google Street View - Capture d'écran Google Street View

Depuis vendredi, la CGT et FO ont déposé un préavis de grève illimité à l'usine Fromarsac de Marsac-sur-l'Isle en Dordogne qui fabrique notamment le fromage Saint-Morêt et le Tartare.

L'équipe de nuit notamment a débrayé afin de tenter de perturber la production.

Les syndicats demandent des augmentations plus importantes de salaires. La direction a proposé 1.3% pour tout le monde après les négociations annuelles obligatoires. Ce n'est pas assez pour la CGT, qui rappelle que le groupe a fait des profits records en 2019.

Mais les syndicats demandent aussi une hausse de 40 euros de la prime de vacances.

Craintes liées au coronavirus

Plus globalement, ils disent regretter un manque de communication avec la direction, surtout en ces temps de lutte contre la pandémie du coronavirus.

Selon la CGT, la production a été augmentée de 20%, par crainte des pénuries. Elle demande donc que les salariés qui continuent à travailler touchent l'intégralité de la "prime Macron" de 1000 euros. La direction promet pour l'instant 100 euros par salarié et par semaine complète travaillée.

Une rencontre entre syndicats et direction pourrait avoir lieu ce lundi soir. La direction n'a pas donné suite pour l'instant à nos sollicitations. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu