Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : malgré les doutes de l'Europe, un appel d'offres bientôt relancé pour la ligne Périgueux - Paris

jeudi 28 septembre 2017 à 17:25 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Jacques Auzou, le président du Grand Périgueux l'assure : malgré l'enquête lancée par la Commission européenne pour vérifier si la ligne aérienne Périgueux-Paris répond bien à une obligation de service public, il relancera bientôt un appel d'offres pour tenter de sauver la ligne

L'avion de Twin Jet
L'avion de Twin Jet © Radio France - Antoine Balandra

Périgueux, France

La ligne aérienne Périgueux/ Paris vivra encore au moins 6 mois. En tout cas, les élus du Grand Périgueux doivent voter ce jeudi soir pour un avenant au contrat qui lie l'agglo à la compagnie Twin Jet.

Six mois de plus. Et puis, après, et bien l'avenir de la ligne s'écrit en pointillés. Car l'appel d'offres lancé au mois de juillet pour l'exploitation de la ligne a été déclaré caduc. La Commission européenne vient en effet de mettre son nez dans la gestion de cette ligne aérienne.

L'Europe veut vérifier que cette ligne correspond bien à une "obligation de service public". Autrement dit, qu'elle est bien vitale et incontournable pour relier rapidement la Dordogne à Paris. Elle rendra son avis mi octobre. Mais quoi qu'il arrive, Jacques Auzou a prévenu : il relancera quoi qu'il arrive un appel d'offres européen.

Jacques Auzou, président du Grand Périgueux. - Radio France
Jacques Auzou, président du Grand Périgueux. © Radio France - Xavier Ridon

Pour trois raisons essentielles: d'abord parce qu'il est impensable pour le président du Grand Périgueux d'apparaître comme celui qui aura enterré sans lutter ce lien vers la capitale. Ensuite, parce que le communiste Jacques Auzou n'a pas particulièrement apprécié ce qu'il estime être une ingérence de l'Europe.

Et puis surtout parce qu'il considère toujours cette ligne comme vitale pour le désenclavement économique du Périgord.

Alors le patron du Grand Périgueux l'assure : il relancera un appel d'offre quoi qu'en dise l'Europe. Pour tenter de trouver une compagnie qui proposera un service moins cher. Si c'est le cas, la ligne continuera.

Une ligne qui a du plomb dans l'aile

Sinon, il faudra prendre une "décision courageuse" estime Jacques Auzou, autrement dit, l'enterrer. Il faut dire que seulement 5634 passagers ont volé direction Paris depuis Périgueux l'an dernier. Pour 1 335 000 euros de participation des collectivités. Le Grand Périgueux a-t-il des pistes pour éventuellement remplacer Twin Jet ?

Une compagnie serait intéressée pour déposer un dossier affirme Jacques Auzou, qui aurait par ailleurs rencontré le patron d'Air France. "Nous ne sommes pas si loin de Lourdes, les miracles peuvent arriver" sourit d'ailleurs Jacques Auzou.