Économie – Social

Dordogne : Marinette, agricultrice à la retraite réduite à manger des patates et des nouilles

Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord mardi 29 novembre 2016 à 17:33

Marinette et Rolland Chaminade devant leurs factures d'assurance qui équivaut à 2/3 de la pension de Marinette
Marinette et Rolland Chaminade devant leurs factures d'assurance qui équivaut à 2/3 de la pension de Marinette © Radio France - Caroline Pomès

Ce mercredi parlementaires, représentants des agriculteurs et ministres de l'Agriculture et de de la Santé se retrouvent pour la conférence nationale des agriculteurs pour une nouvelle fois discuter des augmentations des retraites agricoles.En attendant, dans les fermes, la galère continue

Marinette Chaminade travaille la terre depuis ses 14 ans. Cette Périgourdine de Coulaures a repris la ferme de son père en 1982. Depuis maintenant 11 ans, elle est à la retraite. Sa pension mensuelle ? 525 euros. Marinette a la chance d'avoir son mari. Ancien technicien du lycée de Chardeuil, il touche une retraite de 1 000 euros et des poussières tous les mois. A deux, ils s'en sortent. Enfin c'est ce qu'ils prétendent fièrement. " On vit correctement en évitant de dépenser dans les habits par exemple ", concède Marinette.

"C'est impensable de demander de l'aide aux enfants et encore moins d'aller chercher des repas au secours populaire. La honte !" - Marinette, ancienne agricultrice

Cette dame de 71 ans, les yeux bleus et la peau aussi dure que du cuir, finira par avouer qu'elle pense souvent aux jours "où il partira". Elle n'a pas honte de le dire, je suis "dépendante" de mon mari. "Parfois, j'y pense, surtout le soir. Ca trotte dans la tête. Qu'est-ce que je ferai quand je serai seule ?" C'est lui qui paye les factures de chauffage et d'électricité, en tout, une centaine d'euros par mois. Pour le reste, tout part dans les assurances de la voiture, du tracteur et les mutuelles. Près de 300 euros s'envolent chaque mois. "Qu''est-ce que je fais après ? avec 200 euros ? rien. "

Des légumes du jardin

Le quotidien de Marinette et Rolland c'est la débrouille. Pour leur grande propriété ils font tout tout seul. Pour les gros travaux, ils se font aider par des amis. La ferme ? Il la loue 600 euros par mois. Pour se nourrir, "on achète de la viande une fois par semaine, le reste c'est légumes du jardin et puis patates et nouilles."

" On se contente de patates et de nouilles souvent. Que voulez-vous? On s'habitue " - Marinette, agricultrice à la retraite

Cette situation, ils ne sont pas les seuls à la vivre. En Dordogne, ils sont des centaines à vivre en dessous du seuil de pauvreté. En tout, il y a 64 261 retraités agricoles. En moyenne, ils touchent 800 euros par mois. Pour les femmes, c'est souvent 500 euros selon Roger Tréneule, le président des retraités agricoles de Dordogne. Le gouvernement a fait un pas vers les ex-agriculteurs. A partir de 2017, les anciens chefs d'exploitation, les hommes toucheront 75% du SMIC au lieu de 70,4% depuis une dizaine d'années. "Mais tant que leur pension n'est pas indexée à la valeur du SMIC, ces augmentations ne servent pas à grand chose sur la durée", reconnait le président de l'association, qui demande l'indexation et la parité entre homme et femme.

Partager sur :