Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : L'ouverture de Lascaux, centre international de l'art pariétal

Dordogne : 100 000 visiteurs de moins attendus cette année à Lascaux 4

mardi 11 septembre 2018 à 17:45 Par Emmanuel Claverie, France Bleu Périgord

Après une fréquentation record l'année de son ouverture, le centre international de l'art pariétal de Montignac en Dordogne voit sa fréquentation se tasser cette année. Le nombre de visiteurs a baissé de 21% depuis le début de l'année. Les raisons sont multiples.

Le centre international de l'art pariétal de Montignac
Le centre international de l'art pariétal de Montignac © Radio France - Emmanuel Claverie

Montignac, France

Ouvert au public le 15 décembre 2016, le centre international d'art pariétal de Montignac en Dordogne avait connu une fréquentation record l'année de son ouverture avec 500 000 visiteurs, soit 20 % de plus que ses objectifs. Depuis le 1er janvier 2018, Lascaux 4 a attiré 298 000 personnes soit une baisse de 21%.

"Les raisons sont multiples", explique André Barbé, le directeur de la Sémitour, la société d'économie mixte qui gère plusieurs grands sites touristiques pour le département.  "L'année de l'ouverture, nous avions bénéficié d'une couverture médiatique extraordinaire, et le tour de France avait fait étape 3 jours en Périgord. On a également perdu les curieux. Cette année, il y a eu un effet coupe du monde en juillet, de nombreux vacanciers étrangers sont restés chez eux durant cette période et la météo, capricieuse au printemps et très ensoleillée cet été a joué en notre défaveur."

Repenser l'offre

Le directeur général de la Sémitour envisage donc de mieux s'adapter encore au marché. "Quand on a pris ce contrat, on savait que ce serait sur la durée", explique André Barbé. "Et chaque année, l'organisation qui est développée ici, c'est de répondre à toutes les demandes de nos clients. Il y a des clients qui ne veulent plus avoir d'enfants dans les visites, d'autres veulent des visites nocturnes ou privatives, des groupes de seniors ne veulent visiter que la grotte. Cela va nous obliger à repenser notre offre." 

"Nous envisageons également d'adapter les tarifs à la demande en fonction des saisons", poursuit-il. "En juillet et en août, le tarif aurait plutôt tendance à être ce qu'il est aujourd'hui, et puis sur le hors-saison, novembre, décembre, février, il y aura des tarifications particulières, moins importantes que le reste de l'année."

Une année record pour Lascaux 2

Pendant ce temps, Lascaux 2, le tout premier fac-similé de la grotte ouvert en juillet 1983 a vu sa fréquentation augmenter de 50% depuis le début de l'année. Il pourrait totaliser cette année 70 000 visiteurs contre 53 000 l'année dernière.  "C'est un succès historique" se réjouit André Barbé. "On vient voir la copie de la grotte comme si on venait voir la vraie grotte. C'est çà qui est surprenant ! Je crois que c'est le succès du mode de visite que nous avons développé. Avant, la visite se faisait sur 40 minutes, elle dure aujourd'hui 1h15. Et cela suffit aux visiteurs. C'est un apprentissage de la préhistoire et de l'art des cavernes."