Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dordogne : pour ou contre un barreau autoroutier entre Mussidan et Langon ?

jeudi 6 septembre 2018 à 18:29 Par Willy Moreau, France Bleu Périgord

Le président de la Dordogne, Germinal Peiro, se dit favorable à un projet de barreau autoroutier entre Mussidan et Langon. La Chambre de commerce et d'industrie du département et Europe Écologie Les Verts sont vent debout.

L'idée d'un barreau autoroutier entre Mussidan et Langon suscite déjà des inquiétudes.
L'idée d'un barreau autoroutier entre Mussidan et Langon suscite déjà des inquiétudes. © Maxppp - PASCAL BONNIERE

Dordogne, France

Lors de sa rencontre mardi avec Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre des Comptes publics, Germinal Peiro, président du département de la Dordogne a remis sur la table une proposition girondine : un barreau autoroutier entre Mussidan, sur l'A89 et Langon sur l'A65 et l'A62

Un projet d'Alain Juppé

Germinal Peiro ne comprend pas la polémique autour de sa position : "Quand Alain Juppé a lancé cette idée il y a quasiment un an, j'ai dit que j'étais pour"

Reste que la Chambre du commerce et d'industrie de la Dordogne le vit comme un désaveu. "Je ne comprends pas ce revirement de situation, s'agace Christophe Fauvel, président de la CCI Dordogne. Il renie d'un revers de la main la position de son prédécesseur, Bernard Cazeau en faveur de l'Euro 21 (ndlr : 2x2 voies entre Limoges et les Pyrennées) que lui-même avait en tant que parlementaire. À croire que la casquette de parlementaire lui fasse perdre le sens de l'orientation."

Le président du département aurait-il la tête tournée vers la Gironde voisine ? Germinal Peiro assume vouloir faciliter les déplacements vers Bordeaux et la côte Atlantique afin de désengorger les routes de la Dordogne

"Une grande partie de l'Aquitaine qui veut se rendre vers l'Espagne, vers le Portugal et vers le Pays-Basque se retrouve sur la rocade Bordeaux. C'est la même chose pour les transporteurs de la moitié de la péninsule ibérique qui se rendent vers Paris. Prévoir un grand contournement de Bordeaux par l'Ouest me paraît raisonnable", estime Germinal Peiro. 

"Que la rocade bordelaise soit bouchée, ça nous est égal en Dordogne" - Christophe Fauvel, président de la CCI Dordogne.

À la CCI, on milite plus pour la mise en place d'un dédoublement de la RN21 qui irriguerait, selon elle, davantage le département : "Ce qui nous importe, c'est de relier nos deux capitales Périgueux et Bergerac en 2x2 voies".

Un dédoublement trop cher ? 

Le groupe local Europe Ecologie Les Verts Périgueux - Vallée de l'Isle - Nontron se montre lui aussi réticent à la naissance d'un barreau autoroutier entre Mussidan et Langon. C'est aberrant pour le représentant, Francis Cortès : "On demande à Germinal Peiro de changer de siècle. Encore une fois, on va utiliser des terres agricoles. Ce serait mieux d'aménager une route nationale en faisant des zones de dépassement et en éliminant quelques virages dangereux pour la sécurité".

Le problème, pour le président du département, le manque d'argent. L'État n'a selon lui pas les moyens d'investir sur la RN21 : "La preuve ! Quand l'État fait des travaux à la sortie de Boulazac, le département paye 40% des travaux. Ceux qui rêvent que l'État va nous faire une 2x2 voies, je pense que c'est une solution qui n'arrivera jamais"

Le fantôme du projet Euro 21 réapparaît. Le projet d'une 2x2 voies pourrait être financé par des sociétés privées estime Christophe Fauvel : "Le dossier sur lequel nous travaillons depuis plus de 15 ans montre que ce serait une route concédées et n'affectera pas du tout les fonds d'État"

Pour l'instant, ce barreau autoroutier n'est pas acté mais il crée déjà des crispations voire des incompréhensions.