Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social DOSSIER : Brexit

Dordogne : une réunion pour rassurer les entrepreneurs inquiets à l'approche du Brexit

mardi 12 mars 2019 à 20:50 Par Emeline Ferry et Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Alors que les députés britanniques viennent de rejetter l'accord sur les modalités du Brexit, l'approche du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne inquiète les acteurs économiques. En Dordogne, une réunion a été organisée pour répondre aux interrogations des entreprises.

Une cinquantaine d'entrepreneurs périgourdins ont participé à la réunion organisée par les services de l'État et la CCI International.
Une cinquantaine d'entrepreneurs périgourdins ont participé à la réunion organisée par les services de l'État et la CCI International. © Radio France - Emeline Ferry

Coulounieix-Chamiers, France

Le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne approche à grands pas. Et il pourrait bien se faire sans accord. Les députés britanniques ont une nouvelle fois rejeté massivement l'accord proposé par la Première ministre Theresa May. Pas de quoi rassurer les entreprises périgourdines qui travaillent avec l'Angleterre. 

Pour répondre aux interrogations, les services de l'État et la CCI International organisent une tournée "Brexit" dans la région. Ce mardi 12 mars, une réunion a eu lieu au pôle interconsulaire de Coulounieix-Chamiers. Une cinquantaine d'entrepreneurs périgourdins y ont assisté pour mieux appréhender les conséquences du Brexit.

On ne sait pas à quelle sauce on va être mangés

"C'est l'inconnu complet", s'inquiète Nadège Haurillon, à la tête d'une entreprise qui fournit du matériel aux maréchaux ferrants, installée à Saint-Cyr-les-Champagnes, à la frontière avec la Corrèze. "On attend de voir, parce qu'on ne peut rien prévoir. On n'a rien de concret pour l'instant"

La moitié des matériaux utilisés par son entreprise sont importés d'Angleterre. Alors forcément, l'approche du Brexit inquiète. C'est pourquoi elle est venue participer à la réunion. "On est venus se renseigner et voir comment ça allait se passer, notamment au niveau des douanes", explique-t-elle, soulignant que des frais de douane vont désormais se rajouter à son budget. "On ne sait toujours pas à quelle sauce on va être mangés. Mais on gerera, de toute façon, ce sera pareil pour tout le monde !", conclut l'entrepreneuse, optimiste. 

Notre plus grosse crainte, c'est de voir les camions bloqués à Calais, à la frontière

Même son de cloches avec la société Polyrey, spécialisée dans les revêtements stratifiés. Philibert Payao s'inquiète surtout pour le passage à la douane. "Notre plus grosse crainte, c'est de voir les camions bloqués à Calais, à la frontière", dit-il. "Cette brutalité du Brexit va nous obliger à avoir une réactivité immédiate. On ne va pas vraiment avoir le temps de s'adapter. On va avoir des départs de camions dans deux semaines qui vont être impactés...".

La crainte des conséquences économiques

Les entreprises périgourdines se préparent à l'arrivée du Brexit depuis des mois. C'est le cas des papeteries Condat, pour qui l'Angleterre est un très gros marché. Même s'il sait qu'il y aura un ralentissement au début, Jacques Gabory, responsable logistique, est serein. "On anticipe avec nos clients, on essaie d'anticiper aussi avec nos prestataires pour avoir une fluidité et mettre en place toutes les procédures nécessaires. Ça devrait se faire sans trop de souci", explique-t-il.

À Limeyrat, les carrières de Bontemps, spécialisées dans la production de pierres haut de gamme sont elles aussi dans le flou. Les conséquences du vote en faveur du Brexit, ont été ressenties dès 2016.L’entreprise faisait 6 à 7 % de son chiffre d’affaires en Angleterre. En 2018, ce n’était plus que 2,5 %, et début 2019, 0,5%.

Une réunion pour rassurer

Alors l'objectif de ces réunions est de rassurer les entrepreneurs. Catherine Bieche, de la Direction régionale des douanes de Nouvelle-Aquitaine, fait partie des intervenants. Selon elle, il n'y a pas de raisons de s'inquiéter à condition de s'être bien préparés. "On est là pour les rassurer, répondre aux questions de manière à ce qu'on puisse sensibiliser les entreprises à l'importance de s'organiser en vue du Brexit s'il est dur, de leur apporter un accompagnement pratico-pratique sur toutes les formalités qu'ils doivent réaliser et les éventuelles difficultés qui pourraient freiner le transport de marchandises".

Elle explique aux chefs d'entreprise présents qu'il faut anticiper pour préparer les flux, les expéditions, anticiper les formalités de douanes, faire appel à des spécialistes du dédouanement, anticiper un éventuel stop douane en cas de contrôle...". 

Cette "tournée Brexit" continue jusqu'à la fin du mois. Elle passera à Agen, Bayonne et Pessac.