Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Brexit

Douanes dans la Manche : "Une vingtaine de postes en moins en vingt ans"

lundi 1 octobre 2018 à 8:26 Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin

Dans la Manche, les services de douanes ont perdu une vingtaine de postes en vingt ans. Et l'hémorragie pourrait continuer avec les conséquences du projet de loi de finances 2019. "On est fortement inquiets", assure Nadège Plaineau, secrétaire régionale du syndicat des douanes CGT.

Nadège Plaineau, secrétaire régionale du syndicat des douanes CGT
Nadège Plaineau, secrétaire régionale du syndicat des douanes CGT © Radio France - Pierre Coquelin

Cherbourg, France

Alors que le projet de loi de finances pour 2019 a été présenté en Conseil des ministres il y a quelques jours, plusieurs professions s'inquiètent quant à ses conséquences. C'est le cas des douaniers, une profession qui a déjà du faire face à des baisses de postes ces dernières années. Nadège Plaineau, secrétaire régionale du syndicat des douanes CGT, était l'invitée de France Bleu Cotentin ce lundi. 

Une fois de plus vous craignez en 2019 une baisse de moyens et des pertes de postes au sein du service des douanes, notamment dans la Manche ? 

On espère que non, mais le chemin prend totalement l'inverse. On est fortement inquiets, mais ça fait des années que ça dure. En 20 ans, au plan national, on a perdu 6 000 emplois : on est passé de 22 000 à 16 000 emplois. Dans la Manche, on a perdu deux brigades et un bureau : ça représente une vingtaine de personnes. 

Est-ce que ça a un impact sur les missions du quotidien ?

Oui. Par exemple, à Granville, le bureau va fermer en fin d'année. Il s'occupait exclusivement des contributions indirectes. En gros, la récupération des taxes, celles soit disant qui coûtent cher à l'Etat et qui rapportent peu. Mais en fait, toutes ces petites taxes cumulées représentent un demi milliard d'euros. 

Pour quelle raison va-t-il fermer ce bureau ?

ça date de 2014 en fait. C'était une manière de recentrer les missions sur les grands pôles des douanes. Mais ça n'a pas marché, car on est loin du service public de proximité. ça fait onze postes en moins. 

Y a moins de saisies ? Ou est-ce une mesure "politique" ? 

C'est totalement politique ! On va prendre l'exemple de l'Allemagne : ils sont 33 000 douaniers pour faire exactement les mêmes missions que nous, et pourtant ils ne sont pas anti-compétitifs. Nous, on nous dit qu'il faut supprimer des douaniers car il faut fluidifier le commerce. Au Havre, ils contrôlent à peine 1% des conteneurs. 

Dans la perspective du Brexit, vos craintes sont-elles renforcées quant au manque de moyen pour assurer vos missions sur un port comme celui de Cherbourg par exemple ?

Nous sommes encore aux discussions, donc on ne sait pas encore vers quel Brexit on va. On a bien entendu que la Commission européenne veut privilégier les ports hors-France pour le commerce. On ne sait pas trop où on va. C'est un peu inquiétant. Y a une vraie valeur d'être là, car la fraude continue.