Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Dragon des mers" : les espoirs de renouveau touristique de Calais

-
Par , France Bleu Nord

Le "Dragon des mers" va débarquer à Calais début novembre. Il est en construction, à Nantes, dans les ateliers de la compagnie "La Machine". La ville en attend des retombées économiques et un changement d'image.

A Nantes, la compagnie "La Machine" a imaginé un site touristique autour de ses animaux géants et de ses ateliers. Calais espère créer le même environnement favorable autour du "Dragon des mers".
A Nantes, la compagnie "La Machine" a imaginé un site touristique autour de ses animaux géants et de ses ateliers. Calais espère créer le même environnement favorable autour du "Dragon des mers". © Radio France - Matthieu Darriet

Calais, France

A Calais, le Dragon des mers ne sera pas de passage. Il est conçu et fabriqué pour la ville. Et cette machine géante, qui pourra transporter des visiteurs, devrait devenir une véritable attraction touristique et culturelle. Elle sera visible, jour et nuit, depuis les ferries qui arrivent au port. 

Un outil de développement économique

Jean-Philippe Javello, le directeur général de la société publique locale créée pour gérer le Dragon des mers et ses à-côtés, explique : "Il y aura entre deux et cinq parcours différents, qui ne sont pas encore arrêtés - on attend de voir où nous pourrons passer sans trop perturber la circulation- Et les gens achèteront un ticket pour un parcours en particulier. Ils auront aussi la possibilité de prendre une bière, un café ou un sandwich et puis il y aura une boutique où nous vendrons les produits dérivés du dragon, le mug, le t-shirt, etc..."

Comme à Nantes, avec l’Éléphant, le "Dragon des mers" devrait créer une véritable attraction touristique. - Radio France
Comme à Nantes, avec l’Éléphant, le "Dragon des mers" devrait créer une véritable attraction touristique. © Radio France - Matthieu Darriet

L’objectif est de faire du Dragon un produit d’appel pour Calais. 20 à 30% seulement des retombées économiques que la compagnie de La Machine génère à Nantes, suffirait au bonheur de la ville, son beffroi, sa Cité de la dentelle, ses hôtels et restaurants et puis sa plage. 

Réaménager totalement la plage

Le front de mer sera entièrement revisitée sur 13 ha, par l’architecte Bertrand Vignal : "L'idée est de supprimer une grande partie des voitures et de redonner tout cet espace aux gens et aussi au dragon qui va arriver sur ce site. Ce sera comme un grand parc, toujours dans une logique marine avec des grandes dunes. Mais, au milieu on découvrira beaucoup d'équipements comme le plus gros skatepark d'Europe, des aires de jeux, des belvédères et puis des choses toutes simples pour regarder la mer."

C'est un endroit où les couleurs de la mer vers l'Angleterre sont hallucinantes.

La ville de Calais s'est associée à la compagnie de François Delarozière pour redonner à la ville tout son attrait touristique. - Radio France
La ville de Calais s'est associée à la compagnie de François Delarozière pour redonner à la ville tout son attrait touristique. © Radio France - Matthieu Darriet

Avec le Dragon des mers, qui arpentera le front de mer, une fois les travaux terminés, Calais devrait retrouver son statut de station balnéaire, et vivre d’elle–même, explique Jean-Philippe Javello : "L'objectif est d'avoir le moins possible à dépendre de subventions de la mairie. Même si, c'est vrai que dans la première année, au démarrage; on va avoir une subvention. C'est indispensable pour un projet comme, puisque la première année, nous aurons beaucoup de dépenses et que les premières recettes arriveront le 17 décembre, date de l'ouverture au public."

Le projet global des machines de François Delarozière, à Calais, représente un budget de 27 millions d’euros sur 6 à 8 ans, avec 25 emplois directs créés. Objectif : 1 million de visiteurs.

A lire aussi : Le Dragon des mers de Calais prend vie, dans les ateliers de la compagnie La Machine, à Nantes