Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dresser-Rand : le plan de sauvegarde de l'emploi validé, les salariés en colère

A Dresser-Rand au Havre, le plan de sauvegarde de l'emploi lancé par Siemens (propriétaire de l'usine depuis 2015) a été validé par la Direccte. Les syndicats l'ont appris dans la nuit de mercredi à jeudi. La CGT envisage d'attaquer cette décision devant le tribunal administratif.

La Direccte a validé le plan de sauvegarde de l'emploi à l'usine Dresser-Rand au Havre.
La Direccte a validé le plan de sauvegarde de l'emploi à l'usine Dresser-Rand au Havre. - Google street view

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les syndicats de l'usine Dresser-Rand ont appris que le plan de sauvegarde de l'emploi lancé par Siemens (propriétaire du site depuis 2015) a été validé par la Direccte. Le plan prévoit la suppression de près de 300 emplois sur les 500 que compte l'usine.

"On gagnait du temps"

En colère, les salariés ont manifesté ce jeudi matin devant leur usine. L'entreprise fabrique des compresseurs et des turbines à gaz depuis une centaine d'années. "On a appris cette décision cette nuit", explique Jérôme Cardon, délégué CGT de l'usine à France Bleu Normandie. "Alors que le tribunal nous avait donné raison", poursuit-il.

Le 23 mars dernier, le tribunal judiciaire du Havre, après avoir examiné le recours déposé par le conseil économique et social de l'entreprise (CSE), avait ordonné à Siemens de produire des documents, des informations indiquant ses orientations stratégiques dans les années à venir. Une phase essentielle pour les syndicats qui voulaient mener à bien les consultations avant de valider le plan de sauvegarde de l'emploi.

Une fois ces documents réceptionnés par un expert du CSE, le tribunal avait également accordé un mois au conseil économique et social de l'entreprise pour émettre un avis. "Avec cette décision, on gagnait du temps, parce que trois mois de travail en plus, c'est trois mois de salaires en plus", ajoute Jérôme Cardon. 

Mais le 23 mars est aussi la date où Siemens a déposé son plan de sauvegarde de l'emploi auprès de la Direccte. Les services de l'Etat n'avaient alors que 15 jours pour se prononcer.

Recours devant le tribunal administratif ?

Une semaine après le dépôt du plan de sauvegarde de l'emploi de Siemens auprès de la Direccte, la 29 mars, les services de l'Etat se déclarent "incompétent pour donner une suite au traitement de ce dossier". Le dossier Dresser-Rand termine donc sur le bureau du ministère du Travail.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les salariés apprennent finalement que le PSE a été validé par la Direccte. Et par la même occasion que Siemens a fait appel de la décision du tribunal judiciaire du Havre du 23 mars lui demandant de fournir des documents sur ses orientations stratégiques.

"Nous allons voir quels sont les recours possibles mais il n'est pas impossible que l'on attaque cette décision devant la tribunal administratif", souligne Jérôme Cardon. Le plan de sauvegarde étant validé, la première vague de suppression de postes aura lieu à la fin du mois de juillet. Puis fin septembre et fin novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess