Économie – Social

Drôme-Ardèche : les offices HLM manifestent contre la baisse des APL

Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 17 octobre 2017 à 19:48

Près de 200 salariés des offices HLM drômois ont manifesté, ce mardi, devant la préfecture à Valence.
Près de 200 salariés des offices HLM drômois ont manifesté, ce mardi, devant la préfecture à Valence. © Radio France - Mélanie Tournadre

Les bailleurs sociaux de Drôme et d'Ardèche sont descendus dans la rue, ce mardi, pour dire leur refus de compenser la baisse des APL, prévue dans le projet de loi de finances 2018.

Après les locataires, ce sont les bailleurs sociaux de la Drôme et de l'Ardèche qui se mobilisent contre la baisse des APL. Les bailleurs sociaux de la Drôme ont manifesté, ce mardi, devant la préfecture à Valence. Près de 200 salariés des offices HLM de la Drôme ont dénoncé le projet de loi de finances 2018, arrivé ce mardi, devant l'Assemblée Nationale.

Des manifestations contre la baisse des APL (aides personnalisées au logements) ont également eu lieu en Ardèche, une centaine de salariés se sont mobilisés à Privas, une cinquantaine à Annonay et une trentaine au Teil.

Moins de logements neufs

Le gouvernement prévoit un nouveau coup de rabot sur les APL à partir du premier janvier 2018, à hauteur de 1,7 milliard d'euros par an, sans pour autant toucher au porte-feuille des bénéficiaires. Il compte demander aux offices HLM de rembourser une partie du loyer à ceux qui verront leur APL baisser.

"On va moins construire de logements neufs, on passerait de deux cents logements neufs à cent dans la Drôme, des millions d'euros en moins pour les entreprises locales du BTP" explique Aurélien Esprit, le président de Drôme Aménagement Habitat qui perdrait près de quatre millions d'euros.

Moins de rénovation des logements anciens

Cette mesure réduirait également beaucoup les moyens des offices HLM pour rénover leurs logements sociaux anciens.

"On consacre quatre à cinq millions d'euros d'entretien du patrimoine chaque année, pour changer des fenêtres, des portes, des sanitaires ou encore des façades, tout cela est remis en cause avec ce projet de loi de finances" assure Bernard Hoberg, directeur général de Valence Romans Habitat qui perdrait entre quatre et cinq millions d'euros.

"Pas de réserve d'argent non réinvesti"

Le gouvernement estime qu'en France, les offices HLM disposent de près de onze milliards d'euros de réserve, de fonds propres non réinvestis. Montélimar Agglomération Habitat perdrait plus d'un million d'euros d'après le directeur général Ahmed Diaf et il l'assure : "on ne cache pas notre argent, il n'est pas dans un matelas, à la banque ou en Suisse, ce n'est pas le cas dans la Drôme!_*".

Reportage dans la manifestation devant la préfecture de la Drôme, à Valence.