Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Drôme : la marque Charles et Alice veut toujours plus de bio

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Le fabricant drômois de compotes et de desserts aux fruits vend de plus en plus de produits bios. Mais pas facile de trouver des producteurs à la fois certifié bios et proches de l'atelier d'Allex.

La marque de compotes Charles et Alice est leader sur le secteur du sans sucres ajoutés.
La marque de compotes Charles et Alice est leader sur le secteur du sans sucres ajoutés. © Radio France - Xavier Ponroy

Allex, France

"L'appel à candidature est permanent !" Thierry Goubault, le PDG de Charles et Alice, veut garder le sourire. Pourtant, il aimerait pouvoir encore plus profiter de l'embellie du marché bio. En 2018, la marque a vu les ventes de ses produits bio augmenter de 34% en volume, et de 40% en valeur, par rapport à l'année précédente. 

"Aujourd'hui, le bio représente 20% de notre chiffre d'affaires, soit environ 32 millions d'euros." - Thierry Goubault, le PDG

Mais l'entreprise drômoise, qui emploie 180 personnes sur son site d'Allex, ne veut pas se départir de son objectif de fruits 100% français. 

Concilier bio et local, une équation complexe 

Les producteurs des fruits servant aux 17 recettes de compotes se situent dans un rayon de 160 km autour d'Allex, ou du second site, à Monteux, dans le Vaucluse. Problème, sur les recettes bios, le groupe fait face à un manque d'arboriculteurs dans la Drôme et l'Ardèche."Nous nous heurtons à une limite en volume. Il est assez difficile de s'approvisionner en bio" détaille le président.

Pour encourager les arboriculteurs à basculer d'une production conventionnelle à biologique (cela prend trois ans environ sur un verger), le groupe essaie de les accompagner au mieux. "Par des contrats, nous pouvons nous engager auprès d'eux, en leur garantissant par exemple d'acheter leurs fruits, même pendant la période de conversion. Pareil, on les suivra dans la plantation d'un nouveau verger biologique" propose Thierry Goubault. 

Selon l'Agence Bio, en 2017, 24,1% des surfaces agricoles utiles étaient convertis au bio dans la Drôme, et 20,1% en Ardèche. Si vous êtes un arboriculteur bio, ou en passe de le devenir, vous pouvez contacter la responsable Mélanie Bordet au 04.75.62.97.44 ou par mail à melanie.bordet@charlesetalice.fr.