Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Drôme : les contrats aidés nouvelle formule peinent à trouver preneur

mardi 24 avril 2018 à 3:20 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

La Drôme a une enveloppe de 1600 contrats aidés nouvelle formule pour l'année 2018. A la mi-avril, seuls 82 ont été signés.

Contrat aidé (photo illustration)
Contrat aidé (photo illustration) © Maxppp - Philippe Arnassan

Cela peut sembler paradoxal après la grogne de septembre dernier, après les inquiétudes sur la diminution du nombre de ces contrats subventionnés par l'Etat, mais le constat est là: sur une enveloppe de 1600 contrats possibles dans la Drôme cette année, seuls 82 ont été signés à ce stade.

Des contrats dont on ignore l'existence

Après le coup de frein du second semestre 2017, "il semblerait que des employeurs aient intériorisé la disparition de ces contrats; or ces contrats n'ont pas disparu" souligne Eric Spitz, le préfet de la Drôme.

Leur nombre a effectivement baissé (plus de 2600 contrats en 2017 contre 1600 pour 2018), et la formule a changé.

Une nouvelle formule perçue comme plus contraignante

Les contrats aidés s'appellent désormais PEC pour "Parcours Emploi Compétences". Les associations ou collectivités locales employeuses doivent assurer un suivi et une formation plus formels de la personne embauchée: il faut un tuteur, un carnet de suivi, un entretien à la fin du contrat. Des exigences qui freinent peut-être des employeurs. 

Financièrement, l'Etat prend en charge ces contrats entre 40 et 50%, au lieu de 70/80% dans l'ancienne formule.

Il y a un petit effort supplémentaire de la part de l'employeur. Mais il ne semble pas que cela soit un point de blocage. Les deux points de blocages sont l'ignorance de la transformation des contrats aidés en PEC, et nos exigences de formation par rapport à ce qui se faisait dans le passé.

Les collectivités locales, les associations, la fonction publique hospitalière peuvent embaucher en contrat aidé PEC.

L'Education Nationale a par ailleurs demandé 385 contrats aidés nouvelle formule pour la rentrée prochaine dans la Drôme. Demande acceptée.