Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Du charbon made in Sarthe pour votre barbecue

vendredi 29 juin 2018 à 17:35 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine

À Saint-Ulphace, près de La Ferté-Bernard, la Soccem (Société de carbonisation et d'emballage) produit chaque année près de 900 tonnes de charbon de bois. C'est l'un des neufs producteurs encore en activité en France.

Pascal Marchand est co-gérant de la Soccem
Pascal Marchand est co-gérant de la Soccem © Radio France - Ruddy Guilmin

Saint-Ulphace, France

De cette petite usine perdue au milieu du perche sarthois, on ne voit pas de fumée noire s'échapper. Aucune odeur particulière non plus ne se dégage... Pourtant, ici, ils sont bien huit à travailler et fabriquer chaque jour l'or noir tant recherché des amateurs de grillades. Un savoir-faire devenu rare dans un pays où l'on en consomme pourtant 130 000 tonnes par an. _"Nous fabriquons entre 800 et 900 tonnes chaque année,annonce le co-gérant de la Soccem, Pascal Marchand,soit 3% de la production française."Celle-ci s'élève en tout à 30 000 tonnes, produites par seulement neuf entreprises en France explique le patron : "Il y a deux gros qui produisent 10 000 tonnes chacun, deux autres qui font entre 3 et 5000, et puis les petits comme nous."_ Le reste est donc importé, principalement d'Afrique ou des pays d'Europe de l'Est.

La matière première : des chutes de bois. - Radio France
La matière première : des chutes de bois. © Radio France - Ruddy Guilmin

Dans la cour de la Soccem, une bonne odeur de bois se dégage. Elle émane de la matière première : des chutes de bois en provenance des scieries ou de tailles dans les forêts de la région. C'est ce bois qui est ensuite "carbonisé", c'est-à-dire "cuit" dans 12 énormes fours, à une température de 500 degrés. Mais sans être réellement brûlé : "On met le feu dans la cuve, donc une partie du bois sert de combustible, mais pour produire la chaleur qui va déshydrater et faire tomber en carbone le reste du bois." Une cuisson lente de 8 heures, le tout sans aucun dégagement de fumée à l'extérieur : "La fumée de carbonisation est envoyée dans une grande colonne centrale, où l'on est à 1 000 degrés. Comme cette fumée est assez riche, elle s'auto-enflamme toute seule sans apport de gaz et ça élimine tout." Ces normes drastiques de traitement des fumées, imposées il y a environ dix ans, ont d'ailleurs entraîné la fermeture de nombreux artisans-carbonisateurs.

Les fours de cuisson du charbon - Radio France
Les fours de cuisson du charbon © Radio France - Ruddy Guilmin

Une fois cuit, le charbon refroidit pendant 48 h. Puis il est tamisé afin d'éliminer la poussière et les gros morceaux. L'entreprise le conditionne ensuite en sacs de 50 l, qu'elle commercialise majoritairement en vente directe, notamment via les comité d'entreprises qui représentent plus de 50 % de son chiffre d'affaire annuel (évalué à 1,4 million d'euros). Les particuliers peuvent se fournir directement à l'usine de Saint-Ulphace (le samedi matin) et à celle de Champagné (La bûche forestière, le vendredi après-midi et le samedi matin). Quelques petits magasins, ainsi que le Leclerc de La Ferté-Bernard vendent également ce charbon made in Sarthe.