Économie – Social

EAS Industries : offre de reprise validée, 35 personnes seront licenciées

Par Adèle Paquelier, France Bleu Roussillon mercredi 30 juillet 2014 à 13:14

Le hangar d'EAS Industries près de l'aéroport de Perpignan
Le hangar d'EAS Industries près de l'aéroport de Perpignan © Radio France - François Desplans

Le tribunal de commerce de Perpignan a validé l'offre du seul repreneur d'EAS Industrie. 35 salariés seront licenciés. Sept personnes en CDD devront aussi quitter l'entreprise de maintenance aéronautique.

L'entreprise de maintenance aéronautique perpignanaise EAS Industries ne fermera pas. Ce mercredi midi, le tribunal de commerce de Perpignan a validé l'offre de reprise de Philippe Chabalier. Cet ingénieur, président de Studec, un groupe spécialisé dans la défense, le spatial et l'aéronautique, licenciera 35 salariés d'ici la mi-août. Sept personnes en CDD ne seront pas renouvelés.

Placée en liquidation judiciaire fin mai, EAS Industrie emploie 270 personnes.

Le repreneur est un ingénieur, Philippe Chabalier, il s'est dit satisfait à la sortie du tribunal. Il prévoit de redresser rapidement l'entreprise qui sera rebaptisée le 1er septembre EAS New. " Nous sommes très heureux, nous avons un petit délai pour nous préparer et reprendre en main la société, nous espérons repartir sur des bases saines malgré le licenciement des quelques salariés. On a un plan de développement commercial pour fidéliser la clientèle et nous avons un plan de ré industrialisation. Nous avons prévu des investissements pour travailler autour des deux hangars avec 4 millions d'euros d'investissement"

EAS Reprise Acceptée / PIF 1 Repreneur

"Il va falloir faire de gros efforts mais tout le monde a la volonté de réussir".

Romain Grau, l'avocat d'EAS industrie est également très satisfait : "C'est une bonne nouvelle pour l'entreprise et pour le territoire. Il va falloir faire de gros efforts, mais tout le monde a la volonté de réussir, tous les voyants sont au verts pour réussir ce pari, qui reste un pari difficile"

EAS Reprise Acceptée / PIF 2 Avocat

Du côté des salariés, cette offre est un moindre mal. EAS était en liquidation judiciaire depuis le mois de mai.  42 personnes vont devoir partir et l'avenir reste très flou, selon Frédéric Duhamel le représentant des salariés d'EAS. "Nous sommes soulagés mais l'offre reste précaire car il n'y a pas de vrai projet industriel, on redémarre sans grande visibilité. On préserve des emplois mais on en laisse 42 en chemin. Les premières lettres de licenciement devraient arriver autour du 15 aout."

EAS Reprise Acceptée / PAF 1 Duhamel

"J'espère me tromper mais je ne crois pas qu'on reparte sur quelque chose de très solide"

Le repreneur va investir 4 millions d'euros sur un an dans un premier temps pour réorganiser le travail au sein d'EAS. Mais ce n'est pas suffisant pour Julien. Ce mécanicien de 30 ans travaille chez EAS depuis six ans. La validation de l'offre de reprise est loin de le rassurer sur son avenir. "

"Déjà on ne sait pas si on va pas faire partie des 35 salariés licenciés, et ensuite, on ne peut pas être sereins car ils n'ont pas les financements pour tenir longtemps. Nous on avait besoin de commandes, le repreneur n'a aucune commande, ça va être difficile. J'espère me tromper, mais je ne crois pas qu'on reparte sur quelque chose de très glorieux"

EAS Reprise Acceptée / PAF 2 Salarié