Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Economie : l'Ile-de-France, plus durement touchée, se remet moins vite de la crise que le reste du pays

-
Par , France Bleu Paris

L'Ile-de-France a été plus durement touchée pendant le confinement que les autres régions françaises, démontre une enquête de l'INSEE publiée ce lundi. Elle montre aussi que l'économie francilienne se redresse moins vite qu'à l'échelle nationale.

L' économie a du mal à repartir en Ile-de-France
L' économie a du mal à repartir en Ile-de-France © Maxppp - Gao Jing

L'Ile-de-France a du mal à faire face au coup d'arrêt donné à son économie durement impactée par la crise sanitaire. Notre région a été plus fortement touchée que les autres et elle relève la tête moins vite que dans le reste de la France, analyse l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) qui publie ce lundi une enquête sur le sujet.

L'année 2019 se terminait bien

A la fin de l'année 2019, l'économie francilienne se portait plutôt bien, "avec de nombreux indicateurs économiques bien orientés", indique l'INSEE. La plupart des indicateurs économiques étaient au vert. 

On avait créé plus d'emploi (92.000) qu'au niveau national. Le taux de chômage (7,1%) était à son niveau le plus bas depuis le début de l'année 2019. Malgré les grèves de fin d'année, l'économie touristique francilienne "a bénéficié d’une conjoncture internationale favorable, dans la continuité de 2017 et 2018", précise l'INSEE.

La crise sanitaire provoque un choc économique  inédit 

La crise sanitaire a tout bouleversé. 

Avec le confinement, l'économie s'effondre. Plus de 100 000 emplois sont  détruits au premier trimestre 2020 (dont la moitié dans l’intérim). La région a perdu l’équivalent des emplois créés en 2019. 

Au deuxième trimestre 2020, la perte se poursuit, bien que plus modérée, avec 78 000 emplois en moins. En parallèle, le nombre de demandeurs inscrits à Pôle emploi, en catégorie A, bondit entre février et avril 2020.

L' économie francilienne aura du mal à se remettre de la crise
L' économie francilienne aura du mal à se remettre de la crise - INSEE

Presque tous les secteurs sont victimes du confinement

En Île-de-France, les secteurs de la construction, du tourisme et de l’industrie, notamment dans l’automobile et l’aéronautique, ont été durement touchés.

L’hébergement-restauration fait partie des secteurs les plus sévèrement impactés dans la région. Plus de huit entreprises de ce secteur sur dix ont dû cesser leur activité pendant le confinement.  

Les hôtels très touchés par la crise
Les hôtels très touchés par la crise - INSEE

Dans le secteur de la construction, six entreprises franciliennes sur dix n’ont pas pu poursuivre leur activité pendant le confinement.

Seuls les services marchands aux entreprises ont été un peu épargnés. 

Depuis la fin du confinement la reprise est lente

Depuis la fin du confinement, la reprise est plus difficile que dans d’autres régions, constate l'INSEE. Cela s'explique sans doute par "la dépendance aux marchés étrangers, aux activités culturelles et de loisirs et au tourisme".

Les chefs d'entreprise franciliens (surtout dans l'industrie) n'ont pas vraiment le moral. Ainsi, 38 % d'entre eux considèrent encore que l’impact de la situation sanitaire sur leur activité à la fin juin est sévère. Ils estiment que le niveau des carnets de commande est encore trop bas.

"La reprise de l’activité est toutefois vigoureuse dans le BTP : dès juin, elle est revenue à un niveau équivalent d’avant la crise sanitaire", indique l'INSEE.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess