Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Économie : le président du tribunal de commerce de Nantes s'attend à un "tsunami" de dépôts de bilan

-
Par , France Bleu Loire Océan

Invité de France Bleu Loire Océan, ce lundi matin, le président du tribunal de commerce de Nantes, Loïc Belleil, s'attend à une grosse vague de dépôts de bilan dans les prochains mois. "Le nombre de dossiers que nous aurons à traiter sera à la hauteur de la crise", explique-t-il, sans précédent.

Le président du tribunal de commerce de Nantes, Loïc Belleil, s'attend à un "tsunami" de faillites d'entreprises dans les prochains mois.
Le président du tribunal de commerce de Nantes, Loïc Belleil, s'attend à un "tsunami" de faillites d'entreprises dans les prochains mois. © Radio France - Florian Cazzola

Les dossiers d'entreprises menacées de faillites risquent de s'accumuler dans les prochains mois. Invité de France Bleu Loire Océan, ce lundi, le président du tribunal de commerce, Loïc Belleil, s'attend à "une grosse vague voire un tsunami" de dépôts de bilan dans les prochains mois. Mais pour l'heure, et grâce notamment aux mesures gouvernementales dont le chômage partiel fait partie, l’activité du tribunal de commerce est relativement faible avec "très peu de dossiers traités" par rapport à un mois "normal".

Vers une montée en flèche des faillites au mois de septembre ? 

Le déconfinement se déroule en douceur au tribunal de commerce de Nantes. Sur les deux derniers mois, le président du tribunal n'a traité "qu'une vingtaine" de dossiers contre 15 à 20 par semaine en temps normal. Mais ça ne devrait pas durer. "Nous attendons la vague de dépôts de bilan dans les semaines et mois à venir, confie Loïc Belleil. _A l'heure actuelle, les entreprises sont toujours soutenues et portées par les mesures mises en place par le gouvernement_. Elles travaillent sur les carnets de commande engrangés il y a plusieurs mois". 

Le nombre sera à la hauteur de la crise. La France n'a jamais connu une crise de cette ampleur. Loïc Belleil, président du tribunal de commerce de Nantes. 

Une fois les livraisons prévues honorées, les carnets de commandes des entreprises ligériennes risquent de sonner creux, une majorité des sociétés n'ayant pas pu les remplir pendant les deux mois de confinement. "Les effets vont se faire sentir à partir des mois d’août, de septembre et d'octobre", anticipe le président du tribunal de commerce. Et ce sera plus qu'une vaguelette, ça ressemblera à un tsunami."

80% des entreprises sauvées lorsque les dossiers sont pris à temps

Depuis son bureau situé sur l'île de Nantes, Loïc Belleil s'attend à recevoir un nombre de dossiers pour cessation de paiement record. "Le nombre sera à la hauteur de la crise, détaille celui qui fut vice-président du tribunal pendant 13 ans. La France n'a jamais connu une crise de cette ampleur. Jusqu'à présent, nous avons connu des crises qui étaient ciblées : financières, industrielles, localisées. Mais jamais elles n'avaient été réparties sur toute la planète." 

Nous devons appréhender les difficultés des entreprises le plus en amont possible, de façon à pouvoir, comme le ferait un médecin vis à vis d'une maladie, intervenir le plus rapidement possible. Loïc Belleil, président du tribunal de commerce de Nantes.

Pour éviter que les dossiers de faillites se multiplient, le président du tribunal de commerce conseille très fortement aux chefs d'entreprises de toquer à la porte du tribunal dès que "les premiers voyants commencent à clignoter", dixit Loïc Belleil. "Les sociétés peuvent bénéficier de deux très beaux outils que nous avons en France qui sont le mandat ad-hoc et la conciliation, explique l'invité de France Bleu Loire Océan. Ce sont des procédures consensuelles [...] et elles consistent à appréhender les difficultés des entreprises le plus en amont possible, de façon à pouvoir, comme le ferait un médecin vis à vis d'une maladie, intervenir le plus rapidement possible." Selon le président du tribunal de commerce, les résultats sont probants. Lorsque les dossiers sont pris à temps, 80% des entreprises évitent la faillite. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu