Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Electricité : les tarifs low cost des concurrents d'EDF valent-ils le coup ?

mercredi 2 octobre 2013 à 16:07 Par Pierrick de Morel, France Bleu

GDF Suez et Direct Energie ont annoncé dimanche et lundi de nouvelles offres dont les tarifs se situent bien en-dessous de ceux proposés par EDF. La concurrence veut détourner les consommateurs du premier producteur d’électricité français et mondial, dont les prix ne cessent d’augmenter. Contacté par France Bleu, l'UFC Que Choisir nuance l'intérêt de ces offres alternatives.

Soumis à l'augmentation des tarifs réglementés, EDF doit faire face à la concurrence de fournisseurs d'électricité alternatifs.
Soumis à l'augmentation des tarifs réglementés, EDF doit faire face à la concurrence de fournisseurs d'électricité alternatifs. © Julio PELAEZ - MAXPPP

La guerre est déclarée sur le marché de l’électricité. Premier à lancer l’assaut : Direct Energie. Dimanche, dans les colonnes du Journal du Dimanche, le fournisseur alternatif annonçait le lancement prochain d’une offre "100 % internet ". Valable un an, elle propose à ses futurs clients un prix de l’électricité (ou du gaz) de 8 à 10 % inférieur au tarif réglementé.

Lundi, c’est GDF Suez qui s’immisçait dans la bataille avec la mise en avant d’une offre à prix bloqué sur deux ans.

Deux nouvelles qui surviennent alors que le gouvernement a annoncé cet été que les prix de l’électricité proposés par EDF allaient augmenter deux fois dans les années à venir : après la hausse de 5 % du 1er août dernier, ils vont de nouveau grimper de 5 % en 2014. Une nouvelle hausse pour 2015 n'est pas à exclure. 

Hausses de l'électricité : jamais deux sans trois ?   - Aucun(e)
Hausses de l'électricité : jamais deux sans trois ?

Des économies en trompe-l'oeil ?

Contacté par France Bleu , Nicolas Mouchnino, chargé de mission à l’énergie et à l’environnement à l’UFC Que Choisir, tend cependant à nuancer ces nouvelles offres et estime qu'aujourd'hui, dans le domaine de l'électricité, "il n’y a pas de concurrence intéressante pour le consommateur ".

Pour cet expert, c’est sûr : les fournisseurs alternatifs finiront eux aussi par augmenter leurs prix. "Qu’on la répercute maintenant où plus tard, il y aura inévitablement une hausse des tarifs de l'électricité pour le consommateur, explique Nicolas Mouchnino. Les trois quarts des concurrents se fournissent chez EDF, et tous devront contribuer au financement de son parc nucléaire. "

La concurrence semble en fait profiter d'une fenêtre de tir provisoire : si les offres de GDF Suez et de Direct Energie sont limitées dans le temps - 1 an pour Direct Energie, 2 pour GDF Suez - c'est pour qu'elles durent jusqu'à la fin des hausses annoncées du côté d’EDF.

Au-delà d’août 2014 – ou 2015 si une nouvelle hausse venait à être décidée - les fournisseurs alternatifs pourraient décider à leurs tours d'augmenter leurs prix. "Ils ont une visiblité sur un ou deux ans, mais GDF Suez et Direct Energie savent que cela va augmenter par la suite (...) Les fournisseurs ne pourront pas éviter les coûts de production ", analyse Nicolas Mouchino.

La concurrence propose ses offres en jouant aujourd'hui sur des coûts commerciaux ou de gestion – comme les inscriptions en ligne par exemple, qui nécessitent moins de personnels – mais pas sur les coûts de production, qui restent élevés.

Une concurrence passive... pour le moment

Les hausses qui ont touché EDF en 2013 et qui continueront d'affecter ses tarifs en 2014 (voire en 2015) sont les plus hautes que la France ait connue depuis près de 10 ans. Précision importante : ces augmentations ne s'appliquent qu'aux tarifs réglementés d’EDF, soit ceux fixés par décret par les pouvoirs publics et qui concernent environ 28 millions de consommateurs.

En revanche, elles ne concernent pas les prix du marché, ceux proposés par les concurrents d’EDF – GDF Suez et Direct Energie donc – plus libres des prix qu’ils proposent depuis la libéralisation du secteur de l’électricité pour les particuliers, en 2007.

Pourtant, six ans après l’ouverture à la concurrence du marché de l'électricité, la concurrence est restée plutôt passive et EDF est toujours leader du secteur, puisque 92 % des particuliers sont restés fidèles à l’électricien historique.

"Même si le marché de l'électricité pour les particuliers était ouvert depuis 2007, il ne se passait pas grand chose (...) L'ouverture longtemps attendue est désormais advenue ". (Bruno Bensasson, directeur de GDF Suez)

Lundi, GDF Suez a annoncé que l’objectif de sa nouvelle offre était de tripler le nombre de foyers français abonnés à son offre, pour les porter à 5 millions en 2018. Quant à Direct Energie, le groupe espère doubler sa clientèle pour la faire passer à 2 millions d’ici 2017. A cette date, pas sûr que leurs tarifs soient toujours aussi intéressants.