Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Elle plaque tout pour fabriquer des produits à base de lait d'ânesse

dimanche 3 septembre 2017 à 8:12 Par Alexandre Frémont, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Morgane Leblanc était cadre en industrie quand elle a reçu une ânesse pour ses 30 ans. Un déclic pour elle qui a décidé de se lancer dans la traite de lait d'ânesse il y a trois ans. Elle fabrique différents produits cosmétiques et des savons qu'elle distribue localement ou exporte à l'étranger.

Morgane avec deux de ses ânesses
Morgane avec deux de ses ânesses © Radio France - Alexandre Frémont

Vitré, France

Une reconversion réussie pour Morgane Leblanc. Cette ancienne cadre en industrie s'est lancée dans la transformation de lait d'ânesse après avoir reçu Azalée, une ânesse, le jour de ses 30 ans. Un cadeau qui s'est transformé en petite entreprise.

Une traite moins importante que le lait de vache

Aujourd'hui, Morgane Leblanc possède neuf ânesses et trois ânons (des petits ânes). Une petite exploitation pour cette mère de famille qui ne lui permet pas de recueillir beaucoup de lait. Seulement trois ânesses donnent du lait pour le moment. Les trois mamans sont avec leurs petits donc ne peuvent pas en fournir, une autre a perdu son bébé récemment et ne peut plus être prélevée non plus. Trois autres sont en gestation, en pause en quelque sorte. Et donc par jour, elle ne peut avoir que deux litres de lait seulement, soit 30 fois moins que la traite de vache. Ce qui explique aussi son prix élevé: il faut compter 28 euros le litre contre environ 1,5 euros le litre de lait de vache.

Morgane prend soin de ses ânesse pour qu'elle produise le meilleur lait possible - Radio France
Morgane prend soin de ses ânesse pour qu'elle produise le meilleur lait possible © Radio France - Alexandre Frémont

Des propriétés curatives que les autres laits n'ont pas

Une journée type débute toujours avec la traite du matin. Une fois prélevé, le lait est ensuite filtré puis congelé. L'étape suivante est la lyophilisation, c'est-à-dire le passage du lait de l'état liquide à l'état de poudre, en quelque sorte. Morgane est la seule en France à utiliser ce procédé. C'est ce qui la démarque des autres collègues. Une fois lyophilisé, le lait peut être converti en gélule ou en petits sachets de cure. Le lait d'ânesse a de nombreuses vertus: contre l'asthme, apporte une meilleure digestion ou encore contre le psoriasis.

J'ai toujours été proche des animaux et j'ai dis à mes parents que je voulais travailler avec eux. Mais ils m'ont conseillé de faire des études avant. J'ai donc décidé de lâcher la laisse à 30 ans et de faire ce qu'il me plaisait, Morgane

Morgane propose des gélules curatives ou des sachets cures dans sa petite boutique - Radio France
Morgane propose des gélules curatives ou des sachets cures dans sa petite boutique © Radio France - Alexandre Frémont

"Le fait de le lyophiliser n'altère pas les propriétés préventives et curatives du lait", détaille Morgane. Cette étape, elle la maîtrise parce qu'elle a une formation de chimiste.

Traire des ânesses n'était pas du tout au programme

Après la chimie, elle se retrouve cadre en industrie puis responsable qualité. "Ce n'est pas vraiment ce que je voulais au départ. J'ai toujours été proche des animaux et j'ai dis à mes parents que je voulais travailler avec eux. Mais ils m'ont conseillé de faire des études avant. J'ai donc décidé de lâcher la laisse à 30 ans et de faire ce qu'il me plaisait", sourit-elle. Et ça lui a plutôt bien réussit puisqu'elle produit autant pour la région que pour l'étranger. Sa plus grosse vente : presque 1,5 g de poudre de lait. "C'est un client du Qatar qui me l'a commandé. Il avait des problèmes d'asthme et son médecin lui a prescrit du lait d'ânesse. Une bonne nouvelle pour moi!"

Morgane propose des gélules curatives, des sachets cures ainsi que des savons - Radio France
Morgane propose des gélules curatives, des sachets cures ainsi que des savons © Radio France - Alexandre Frémont

Trois ans après son lancement, l'entreprise se développe doucement mais pas à la hauteur des espérances de Morgane. "Depuis trois ans, je ne me verse pas de salaire. J'espère que l'année prochaine sera meilleure", soupire-t-elle.

Mais elle garde tout de même le sourire. Le mercredi, elle accueille des groupes d'une vingtaine de personne, des curieux pour la plupart qui souhaitent découvrir un autre lait aux biens-fait déjà prouvés. Son site internet "Azalane" est bien visité et l'espoir de faire encore mieux cette année motive Morgane. Elle se fixe déjà des objectifs pour l'année à venir: agrandir sa boutique et proposer des chambres d'hôtes pour les promeneurs qui se baladent sur le sentier qui longe son exploitation.