Économie – Social

Elles font un métier d’homme et seront récompensées ce lundi soir à Belfort

Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 12 décembre 2016 à 9:01 Mis à jour le lundi 12 décembre 2016 à 10:26

Des femmes qui font un métier d'homme récompensées ce lundi soir à Belfort
Des femmes qui font un métier d'homme récompensées ce lundi soir à Belfort © Maxppp - maxppp

13 jeunes femmes du Territoire de Belfort vont recevoir le trophée de l'alternance au féminin des mains du Préfet du territoire de Belfort, une façon de récompenser un parcours atypique

Puisque les clichés entre "métiers d’homme" et "métiers de femme" ont la vie dure, la Mife du Territoire de Belfort et la délégation départementale aux droits des femmes et à l’égalité du Territoire de Belfort ont décidé de s’associer pour promouvoir l’alternance et les femmes qui y ont trouvé leur vocation. C’est le cas de Margaud Siron, cette jeune fille de 20 ans originaire de Delle, travaille en alternance chez Lisi Automotive à Grandvillars où elle s’occupe de la maintenance "c’est un métier très masculin car il faut savoir mettre les mains dans les machines pour les réparer. Ça nécessite également une certaine force car on manipule des équipements très lourds comme des fours qui pèsent plusieurs tonnes".

Une révélation lors de l’année du Bac

Et pourtant, rien ne prédestinait cette jeune fille qui a fait des études scientifiques portées sur la biologie à travailler en usine. Mais alors qu’elle préparait son bac, Margaud Siron a eu une révélation : "j’ai su très vite que je voulais devenir ingénieur, mais pas dans le cosmétique ou des métiers généralement féminin, mais dans le domaine de la maintenance ou de la mécanique".

L’égalité homme-femme passe avant tout par le monde du travail"

A l’heure où l’on parle beaucoup d’égalité entre les hommes et les femmes, Margaud Siron estime que cette notion doit commencer en priorité par le monde du travail : "dans l’atelier dans lequel je suis, nous ne sommes que deux femmes. Au milieu de tous ces hommes c’est vrai que c’est un peu étrange, il faut donc vraiment changer les mentalités".

Margaud Siron travaille dans un milieu professionnelle essentiellement masculin