Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Embauche des jeunes : les patrons alsaciens partagés

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

C'est une des priorités du gouvernement dans sa lutte contre le chômage : faciliter l'embauche des plus jeunes en aidant financièrement les entreprises. Sauf que dans le contexte économique actuel, ces aides ne suffisent parfois pas pour les patrons alsaciens.

700 000 jeunes vont bientôt arriver sur le marché de l'emploi
700 000 jeunes vont bientôt arriver sur le marché de l'emploi © Maxppp - Christophe Morin

Favoriser l'embauche des moins de 25 ans, c'est l'un des objectifs de la rentrée pour le gouvernement. "L'objectif, c'est qu'il n'y ait pas de jeunes sans solution à la rentrée", affirme la nouvelle ministre chargée de l'insertion Brigitte Klinkert, également présidente du conseil départemental du Haut-Rhin. Et pour ça, plusieurs mesures sont mises en place par le gouvernement : réduction du coût du travail pour les moins de 25 ans ou encore 300 000 contrats d'insertion pour les plus éloignés de l'emploi. 

Embauchez des jeunes ! Non seulement ils sont l'avenir mais en plus l'Etat vous aide. Brigitte Klinkert 

Des aides inutiles pour certains 

Le problème, c'est "que les aides ne servent à rien si l'on n'a pas d'activité", se désole Richard Grangladen, patron de plusieurs PME dans le Haut-Rhin. "C'est l'activité qui crée l'embauche, pas les aides. Et en ce moment, c'est compliqué. Compliqué de savoir comment ça va être en septembre", ajoute-t-il. Pour lui et d'autres chefs d'entreprises, la visibilité ne va pas au-delà de quinze jours. Alors, impossible de s'engager et de décider d'embaucher dans ces conditions. 

Un message fort pour d'autres 

Jean-Luc Hoffmann lui a entendu un "message fort de la part du gouvernement" avec ces aides et celles déjà annoncées pour l'apprentissage. Lui estime qu'il faut former et embaucher maintenant "pour avoir des forces vives" dans deux ans, quand l'activité reprendra. "C'est un pari sur l'avenir, mais chacun doit amener sa pierre à l'édifice."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess