Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Emmanuel Macron à Rodez : les Ruthénois espèrent un "vrai débat" sur les retraites

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Les Aveyronnais et Ruthénois, en direct du café "Le Coq de la Place" à Rodez, par téléphone ou sur les réseaux sociaux, ont fait part de leurs attentes à France Bleu Occitanie ce jeudi matin, alors qu'Emmanuel Macron est attendu pour 4h de débat public sur les retraites en fin d'après-midi.

Bastien Lacan et Jérôme Majorel, deux participants au débat organisé par l'Elysée ce jeudi à Rodez.
Bastien Lacan et Jérôme Majorel, deux participants au débat organisé par l'Elysée ce jeudi à Rodez. © Radio France - Sandrine Morin

Rodez, France

Bastien Lacan fera partie des 500 personnes qui pourront assister à la séance de questions-réponses avec le chef de l'Etat, ce jeudi à partir de 18h30 à la Salle des fêtes de Rodez. Le président de la jeune chambre économique, apolitique et areligieuse, qui précise parler en son nom, partage ses inquiétudes ce jeudi matin : "J'ai une crainte, c'est que ce soit très théâtralisé, que ce soit un « après gilet-jaunes »." Le jeune chef d'entreprise espère "un vrai débat", "et que sur certains sujets, les positions ne soient pas figées". Bastien Lacan explique encore : "Je ne suis pas inquiet, mais je pense que la retraite est un bien commun qu'il faut protéger." "Comme la sécurité sociale, les Français y sont attachés."

"Si on doit travailler jusqu'à 70 ans, on va avoir du mal à faire venir des jeunes, dans nos métiers" — Michel Santos, président de l'Umih   

Le président de l'Union des métiers et des industries hotelières (Umih) pour l'Aveyron, Michel Santos a lui, des inquiétudes par rapport à toute sa branche d'activité : "Aujourd'hui, les modes de vie ont changé. Si on doit travailler jusqu'à 70 ans, on va avoir du mal à faire venir des jeunes, dans nos métiers", souligne-t-il.   

Une question sur les retraites des aidants

Jérome Majorel, un Ruthénois de 47 ans, dit lui-même qu'il veut assister à ce débat car il se pose des questions. "J'y vais pour être à l'écoute de ce qui sera dit, d'un côté comme de l'autre." Lui, espère poser une question sur les proches aidants, question qui lui "tient à coeur". Il se demande si le système prévu par le rapport Delevoye est plus généreux pour les personnes qui ont interrompu ou ralenti leur activité professionnelle pour s'occuper d'un proche malade ou handicapé.   

Certains auditeurs de France Bleu Occitanie ont également tenu à partager leur sentiment sur la venue d'Emmanuel Macron, et sur la réforme des retraites qui se prépare. Richard, 55 ans, mécanicien, a décroché son téléphone ce jeudi matin, particulièrement inquiet, pour sa situation personnelle : "À quelle sauce je vais être bouffé ?" Quant au débat du jour, "Je pense que ça va être de la com'", estime ce Lotois, qui a déjà pris part à deux débats "gilets jaunes" avec le Président de la République, notamment celui de Rocamadour. "Quand il (NDLR : Emmanuel Macron) aura dit tout et n'importe quoi à chacun, il n'en fera plus qu'à sa tête", renchérit Pascale, sur la page Facebook de France Bleu Occitanie. 

Pour ce premier débat autour de la réforme des retraites, Emmanuel Macron vient en terre conquise. Les Ruthénois avaient voté à plus de 30% pour Emmanuel Macron au premier tour de la dernière élection présidentielle (le candidat En Marche avait réuni 24% des suffrages au niveau national). Le chef de l'Etat s'était d'ailleurs rendu à Rodez pour son dernier déplacement de candidat en 2017, le maire de la ville étant l'un de ses tout premiers soutiens au lancement de la campagne présidentielle. 

Emmanuel Macron débutera ce jeudi sa journée ruthénoise en remettant la Légion d'honneur au maire Christian Teyssèdre. Le président sera notamment accompagné de Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire chargé de la réforme des retraites et délégué auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé. Le ministre de l'économie, Bruno Le Maire, s'est également greffé au voyage, il rencontrera certains responsables syndicaux locaux.

Les manifestations sont interdites à Rodez ce jeudi. Mais un contre-débat est annoncé à 17H30 sur le mail de Bourran, de l'autre côté de la ville. La FSU, les gilets jaunes, la CGT, la France Insoumise devraient notamment y participer. Deux entreprises ont aussi prévues de se faire entendre : "la Bosch" et Jinjiang Sam, qui vient d’annoncer la suppression de 250 emplois sur 400 à Viviez.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu