Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Emmanuel Macron à Saint-Dié : "S'il a une solution miracle pour les commerces, je la prends", lance le maire

lundi 16 avril 2018 à 0:50 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Le chef de l'État est en déplacement dans les Vosges pendant plus de deux jours. Il se rendra, entre autres, à Épinal et Saint-Dié, deux communes retenues par le gouvernement pour son plan "Action cœur de ville". Habitants et commerçants déodatiens attendent sa venue, avec une certaine résignation.

Le président Emmanuel Macron doit arpenter ce mercredi les rues du centre-ville de Saint-Dié
Le président Emmanuel Macron doit arpenter ce mercredi les rues du centre-ville de Saint-Dié © Radio France - Lucas Valdenaire

Saint-Dié-des-Vosges, France

C'est la première visite présidentielle d'Emmanuel Macron dans les Vosges. Le chef de l'État sera ce mardi à Épinal et ce mercredi à Saint-Dié sur le thème de la revitalisation des centre-villes. Les deux communes sont d'ailleurs retenues par le gouvernement pour son plan "Action Cœur de ville".

Concrètement, le gouvernement prévoit de débloquer cinq milliards d'euros pour redonner vie aux villes moyennes. Des contrats de projets seront notamment mis en place pour le logement, l'équipement, la mobilité et les commerces. 

La plupart des commerces font effectivement grise mine dans le centre-ville de Saint-Dié. Dans la rue principale, la majorité des boutiques sont ouvertes, mais les passants retiennent surtout les vitrines vides et les panneaux à vendre.

"Cela fait 20 ans qu'on est là et notre chiffre d'affaires ne fait que chuter," se désole Emilie, gérante d'une papeterie - Radio France
"Cela fait 20 ans qu'on est là et notre chiffre d'affaires ne fait que chuter," se désole Emilie, gérante d'une papeterie © Radio France - Lucas Valdenaire

Émilie est gérante d'une papeterie dans la rue Thiers, la grande rue commerçante. Selon elle, la dynamique du centre-ville est plombée par un manque de fréquentation, mais aussi des loyers commerciaux beaucoup trop élevés

Cela fait 20 ans qu'on est là et notre chiffre ne fait que de chuter. Il n'y a plus personne en ville, les gens achètent sur Internet."

L'arrivée du président de la République à Saint-Dié ? Pas de quoi sauter au plafond pour Émilie, "mais au moins, ça veut dire qu'il s'intéresse aux petites villes, il ne reste pas qu'à Paris."

S'il a une solution miracle pour les commerces, je la prends. Et s'il veut venir nous acheter quelque chose, je prends aussi !"

Le maire David Valence n'a pas de "solution miracle" mais déjà quelques pistes de travail. Concernant la baisse des loyers (c'est d'ailleurs une demande de la fédération des commerçants et artisans déodatiens), "on va exercer une pression sur les propriétaires et, s'il le faut, on n'hésitera pas à racheter certains fonds de commerces ou baux commerciaux pour les remettre en vente moins chers." Mais pour cela, la municipalité a besoin d'aide et notamment du soutien de l'Etat, rappelle David Valence. C'est aussi le sens de la venue d'Emmanuel Macron ce mercredi à Saint-Dié.

"On est aujourd'hui avec un cœur de ville construit dans les années 1950, avec un pourcentage de vacances sur le logement privé en centre-ville très élevé, notamment dans la rue principale," explique le maire de Saint-Dié. "Moins on a d'habitants en centre-ville, moins on a de commerces en centre-ville. L'une des premières tâches que nous allons essayer d'accélérer avec ce plan cœur de ville, avec l'aide de l’État et de la Caisse des dépôts et consignations, c'est d'aider les propriétaires, voire se substituer à eux, pour rénover systématiquement les logements du cœur de ville, afin de remettre des habitants en centre-ville."

On ne fait rien tout seul, il faut du monde autour de la table et, à cet égard, la venue du président de la République est ce qu'on fait de mieux."