Économie – Social

Emmanuel Macron en Europe de l'est pour tenter de durcir les conditions du travail détaché

Par Géraldine Houdayer, France Bleu mercredi 23 août 2017 à 12:22

De très nombreux travailleurs détachés travaillent dans le secteur du bâtiment.
De très nombreux travailleurs détachés travaillent dans le secteur du bâtiment. © Maxppp - Julio Pelaez

Emmanuel Macron a entamé, ce mercredi, une tournée en Europe de l'est. Pour sa rentrée politique, le Président doit se rendre en Autriche, en Roumanie et en Bulgarie. Il souhaite durcir les conditions de la directive européenne sur le travail détaché, accusée de favoriser la concurrence déloyale.

Emmanuel Macron a entamé, ce mercredi, une tournée de trois jours en Autriche, en Roumanie et en Bulgarie. Au cœur des discussions de ce déplacement de rentrée pour le Président, la révision de la directive européenne sur le travail détaché. Emmanuel Macron compte plaider pour un durcissement de la réglementation contenue dans la directive, accusée de favoriser la concurrence déloyale. Paris, Berlin et Vienne accusent notamment la directive de favoriser un contournement de leurs droits du travail. Le président français doit arriver ce mercredi à Salzbourg, en Autriche, où il s'entretiendra avec le chancelier autrichien, et les Premiers ministres tchèque et slovaque. Il rencontrera jeudi à Bucarest le président et le Premier ministre roumains, et s'envolera dans la soirée pour Varna, en Bulgarie, où il s'entretiendra vendredi avec le président et le Premier ministre.

Une durée limitée à un an et davantage de sanctions contre les fraudes

Emmanuel Macron souhaite limiter la durée du travail détaché à 12 mois, contre deux ans aujourd'hui, et prendre toutes les périodes de travail détaché en compte dans ce calcul. La France veut aussi s'assurer que les travailleurs détachés perçoivent tous les éléments de rémunération obligatoires dans le pays d'accueil. Elle souhaite également renforcer la lutte contre la fraude et les abus, avec des sanctions effectives. L'objectif de cette mini-tournée est de parvenir à un accord lors du prochain conseil des ministres du Travail de l'Union européenne, prévu le 23 octobre.

Une visite dans des pays coopératifs

Si la Pologne est le premier pays d'origine des travailleurs détachés en France, Emmanuel Macron évite de se rendre dans le pays lors de cette visite. La Pologne et la Hongrie sont aussi les pays avec lesquels les désaccords sont les plus importants. L'Élysée nie toute volonté d'écarter la Pologne et la Hongrie, mais souligne que les pays d'Europe centrale et orientale avec lesquels le président français dialoguera "jouent le jeu européen de manière très active". Un diplomate français explique également qu'Emmanuel Macron a laissé délibérément de côté la Pologne et la Hongrie "pour envoyer un message à Varsovie et à Budapest".

En 2013, 220.000 à 300.000 travailleurs détachés illégalement en France

La directive sur le détachement date de 1996. Elle permet à une entreprise de l'Union européenne d'envoyer temporairement dans d'autres pays de l'Union ses salariés en payant les cotisations sociales dans le pays d'origine. Mais le détachement fait l'objet de nombreux détournements : non-déclaration, rémunérations très inférieures au Smic, dépassement des durées maximales de travail, ou encore hébergement indigne.

La France, qui a accueilli 286.000 salariés détachés déclarés (+25% sur un an) en 2015, est le deuxième pays d'accueil, après l'Allemagne. Le secteur du bâtiment-travaux publics (BTP) est le premier concerné et la Pologne le principal pays d'origine, avec 46.800 travailleurs détachés en France. Selon un rapport sénatorial de 2013, la fraude concernait à l'époque entre 220.000 et 300.000 travailleurs, détachés illégalement en France. Ces fraudes engendrent une concurrence déloyale envers les entreprises qui respectent la loi. Mais l'Hexagone est également le troisième pays d'envoi, derrière la Pologne et l'Allemagne. Environ 140.000 Français sont détachés dans des pays de l'Union, essentiellement en Belgique, Allemagne, Espagne, au Royaume-Uni et en Italie.

  - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu -