Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"Emmanuel Macron nous prend pour des demeurés" réactions de gilets jaunes en Meurthe et Moselle au discours du président

mardi 27 novembre 2018 à 18:56 Par Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine

Alors qu'ils attendaient des mesures concrètes en faveur du pouvoir d'achat, Emmanuel Macron leur a parlé de transition écologique. Le discours du président de la République a fait bondir les gilets jaunes qui estiment ne pas avoir été entendus. Réactions sur l'un des lieux de mobilisation.

Le discours d'Emmanuel Macron n'a pas convaincu les gilets jaunes de Lunéville
Le discours d'Emmanuel Macron n'a pas convaincu les gilets jaunes de Lunéville © Radio France - Mohand Chibani

Lunéville, France

"Pas de renoncement mais une concertation !" ,  C'est ce qu'a annoncé Emmanuel Macron ce mardi dans un discours d'une heure, à l'Elysée après deux semaines de mobilisation des gilets jaunes.  Le chef de l'Etat  a déclaré qu'il n'était pas question de renoncer à la hausse des taxes sur les carburants mais il propose en revanche que la fiscalité s'adapte au prix du pétrole, sur le modèle de la TIPP flottante.  

Il propose également une concertation de terrain. 3 mois de débat (dit-il) pour "structurer des solutions concrètes" pour ne pas opposer,"fin du mois" et "fin du monde", Emmanuel Macron veut traiter les deux.  

Il ne nous a rien dit du tout, il a raconté sa vie : un gilet jaune sur le rond-point de Lunéville

Mais les propositions n'ont pas convaincu les gilets jaunes, sur le terrain.   Au rond-point, à l'entrée de Lunéville, ils étaient une quarantaine  a avoir écouté le président de la République et le moins qu'on puisse dire c'est qu'Emmanuel Macron ne les a pas convaincu comme l'explique Robert, mobilisé depuis le 17 novembre "Oui nous avons écouté Emmanuel Macron ce matin, et bien je peux vous dire que samedi prochain, ce sera encore le bordel ici. En fait, il ne nous a rien dit du tout, il a raconté sa vie, c’est tout ! Il n’a rien donné, aucune mesure concrète".

Du concret, voilà ce qu'attendait également Jean Paul, mais pour lui le président n'a pas compris le mouvement des gilets jaunes " Monsieur Macron est totalement à l’ouest. Il n’a plus les pieds sur terre. J’ai l’impression qu’il nous prend pour des demeurés. Avec ses bons mots de technocrates, il n’y a pas beaucoup de français qui l’ont compris d’ailleurs beaucoup m’ont dit qu’ils n’avaient rien compris. Et quand on tend bien l’oreille, on se rend compte qu’il endort les gens"

Moi je peux me contenter d'un oeuf le soir pour manger, mais pas mes gosses : Mireille, mobilisée depuis le premier jour

Justement, Mireille elle, a du mal à dormir. Avec moins de 800 euros par mois, elle ne s'en sort pas. Pour elle, la situation est urgente "C’est Honteux, Monsieur Macron, nous de toute façon, on veut un référendum. Moi, je m’en fou, j’ai fait ma vie et je peux me contenter d’un œuf le soir pour manger mais pas mes gosses, non pas mes gosses!"

On sera encore là, samedi prochain !

Et on a beau chercher, aucun des manifestants présents à ce rond-point ne trouve matière à être satisfait par le discours du président de la République. "Normal"  souligne Christine "Il n’a pas abordé les sujets qui nous concernaient. La hausse du prix du gaz, de l’eau, la baisse des pensions de retraites, les impôts, non, il n’a rien dit sur tout ça. Il ne veut rien changer, et bien nous non plus et on sera encore là samedi. Venez, vous verrez, il y aura encore plus de monde que la semaine dernière à mon avis".