Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Coronavirus : l'appel aux dons d'Emmaüs en Pays de la Loire

Pour la première fois de son histoire, Emmaüs lance un appel aux dons pour survivre ! Le confinement a privé l’association humanitaire de ses activités : la réparation d'objets donnés et leur vente. Dans la région, les communautés Emmaüs accusent le coup.

Enfants et parents, compagnons d'Emmaüs au Mans.
Enfants et parents, compagnons d'Emmaüs au Mans. - Jean-Luc Guerrand

Ce sont ses magasins qui font vivre Emmaüs depuis 70 ans. Grâce aux dons d'objets, de meubles que les compagnes et compagnons d'Emmaüs réparent, puis revendent. Mais avec la fermeture de leurs lieux de vente depuis près d'un mois et demi, zéro recette depuis le 17 mars. Les communautés Emmaüs de la région accusent le coup, plus ou moins durement selon leur situation.

"Ça devient très compliqué !"

La communauté Emmaüs du Mans est l’une des dix plus grandes en France. Elle accueille 75 compagnes et compagnons, qui vivent exclusivement des ventes d’objets qu’ils réparent. Or, depuis le début du confinement, les trois magasins en ville sont fermés. "Ça devient très compliqué, s'inquiète le co-directeur de l'association Jean-Luc Guerrand. Aujourd’hui on vit sur notre réserve mais elle a une limite et on en est proches !" 

Jean-Luc Guerrand craint que le cœur de l'activité de son association soit touché si la situation continue : "Comment faire après ? Restreindre les places d’accueil, fermer la communauté ? On est dans une situation catastrophique !". 

On a tenu 70 ans sans faire appel aux [dons] des Français mais là, on est dans une situation catastrophique ! - Jean-Luc Guerrand

Plus de 130.000 euros sont nécessaires chaque mois pour nourrir, loger et payer les compagnes et les compagnons d'Emmaüs Le Mans. Parmi lesquels dix enfants et deux femmes enceintes. L'absence de ventes creuse la trésorerie de l'association. Et surtout, si la situation dure au-delà du 11 mai, le risque c'est "de remettre les gens que [nous accueillons] à la rue", craint Jean-Luc Guerrand. "Et ça il n'en est pas question !".

"Notre trésorerie fond comme neige au soleil !" alerte le directeur Emmaüs Mayenne

Dans la région, les autres communautés Emmaüs tiennent davantage le coup jusqu’ici grâce à leurs trésoreries. En Loire-Atlantique, en Vendée, en Mayenne... Mais la perte sèche de revenus n’est pas sans conséquences pour ces structures. 

Philippe Leroy, responsable d’Emmaüs en Mayenne sait déjà qu'il peut tirer un trait sur ses projets de rénovation des bâtiments. "On est obligés de puiser dans notre trésorerie, qui nous sert à assurer le quotidien mais aussi à prévoir l'avenir ! Le manque à gagner est de 200 000 euros depuis le début du confinement." 

Aujourd'hui, notre épargne de précaution est en train de fondre comme neige au soleil et va immanquablement retarder nos projets ! - Philippe Leroy

Même constat à Angers où Denis Blouin, co-responsable, explique que pour assurer son bon fonctionnement, l'association est actuellement obligée de puiser dans l'argent "mis de côté pour améliorer leurs structures d'hébergement". Surtout, il s'interroge : "Comment va-t-on redémarrer les magasins ?" Lui doute que la réouverture s'opère dès le 11 mai et attend les annonces du premier ministre Edouard Philippe ce mardi après-midi. 

Arrêt des ventes et répercussions en cascades 

La réparation et les ventes d'objets donnés étant le cœur de l'activité d'Emmaüs, d'autres services que l'association propose pourraient être impactés sur le long terme, explique Raphaël Mounier, co-responsable d'Emmaüs à Saint-Nazaire. "SOS Familles", une sorte de micro-crédit à destination des personnes et familles en grande précarité par exemple, pourrait être touché. Le risque étant, selon Raphaël Mounier, qu'au moment où "la crise sanitaire laissera [davantage] de personnes sur le bord de la route !", l'association devra peut-être réduire le nombre de bénéficiaires de "SOS Familles", par manque de fonds nécessaires. 

Sur les 119 communautés Emmaüs de France, 43, soit un tiers, sont déjà en difficulté financière, selon l’association. D'où l'appel aux dons lancé pour les particuliers. A noter que c'est un geste de dernier recours, les associations d'Emmaüs ayant déjà participé à un fond commun pour aider les branches les plus fragiles.

"Notre trésorerie fond comme neige au soleil !" Il est nécessaire que les Emmaüs réouvrent rapidement pour Philippe Leroy directeur Emmaüs en Mayenne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess