Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Emploi : le secteur de la sécurité privée recrute

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le secteur de la sécurité privée recherche 25 à 30 000 personnes en vue des Jeux Olympiques 2024 mais peine à recruter. Ses patrons réunis en congrès à la Baule ont plaidé leur cause auprès du secrétaire d'état Laurent Nuñez.

Un stand au congrès national de la sécurité privée, à la Baule.
Un stand au congrès national de la sécurité privée, à la Baule. © Radio France - Pascale Boucherie

La Baule, France

Le secteur de la sécurité privée emploie 177 000 personnes en France pour un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros. Paradoxalement, il est "au bord du gouffre" expliquent les patrons réunis en ce moment en congrès national à la Baule. Pour les seuls JO de 2024 à Paris, la filière a besoin de recruter 25 à 30 000 personnes précise Frédéric Gauthey patron de Prosegur et président du GES -Groupement des Entreprises de Sécurité privée-organisateur du congrès.

Quinze jours après le lancement par le gouvernement du livre blanc sur la concertation en matière de sécurité intérieure, les patrons du secteur ont pu plaider leur cause auprès du secrétaire d'état Laurent Nuñez venu spécialement pour l'occasion ce mardi à l'Hôtel Barrière Hermitage. 

Laurent Nuñez, secrétaire d'état auprès du ministère de l'intérieur, au congrès national de la sécurité privée à la Baule. - Radio France
Laurent Nuñez, secrétaire d'état auprès du ministère de l'intérieur, au congrès national de la sécurité privée à la Baule. © Radio France - Pascale Boucherie

A Orvault (44), Excelium recrute "en permanence"

Servan Lépine dirige Excelium. Son entreprise basée à Orvault près de Nantes emploie 150 personnes, et il recrute en permanence :

On a de telles difficultés pour recruter qu'on est prêt à embaucher même avant d'avoir des besoins réels"

Ses agents font un peu de tout : surveillance de bureaux la nuit, sécurisation de chantiers, contrôle d'accès sur de grands événements et même surveillance des rhinocéros au zoo Planète Sauvage.

Une corne de rhinocéros ça vaut très cher et dans un parc de cette dimension c'est un risque identifié et donc on  va détecter les formes humaines et les véhicules qui se présente aux abords de ces animaux"

Si le métier d'agent de sécurité attire si peu, c'est qu'il est mal rémunéré, très souvent au SMIC et que les contraintes sont importantes : travail le week-end, horaires de nuit etc. Mais il est en pleine évolution aussi : pourquoi pas demain une ronde accompagné d'un robot ? C'est très sérieux :

On imagine demain des robots terrestres qui permettront de circuler 30 mètres devant un agent tout en détectant une éventuelle présence et permettant de déclencher un fumigène"

Pour devenir agent de sécurité, un seul diplôme suffit : le certificat de qualification professionnelle. Il s'obtient en un mois et demi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu