Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Emplois et souveraineté technologique au cœur d'une visite d'Agnès Pannier-Runacher chez Soitec en Isère

-
Par , France Bleu Isère

Venue assister à un Comité stratégique de filière (CSF) des industries électroniques qui se tenait au sein de l'entreprise Soitec à Bernin (Isère) la secrétaire d'Etat à l'industrie Agnès Pannier-Runacher a fait un tour d'horizon de la stratégie et des aides d'Etat en la matière.

En Isère Agnès Pannier-Runacher a notamment signé un avenant au contrat de filière avec les grands acteurs de l'électronique française
En Isère Agnès Pannier-Runacher a notamment signé un avenant au contrat de filière avec les grands acteurs de l'électronique française © Radio France - Laurent Gallien

"Garder le quart d'heure d'avance technologique" et boucher "des trous dans la raquette". Voilà résumé en quelques mots la volonté et la stratégie de l'Etat en matière d'industrie électronique. En visite ce jeudi au sein de l'entreprise de matériaux semi-conducteurs Soitec -non loin du site de production d'un autre pilier français l'entreprise ST Microelectronics à Crolles- la secrétaire d'Etat à l'industrie Agnès Pannier-Runacher a fait des annonces qui promettent un soutien sans faille et renouvelé à une filière jugée stratégique et essentielle.

Nouveau "Nano" et "Airbus des semi-conducteurs"

Un des premiers enjeu d'emplois et de souveraineté concerne la fabrication de semi-conducteurs. Autrement dit des puces électroniques. Une pénurie de composants, notamment pour l'automobile, qui a frappé le monde en ce début d'année, a mis en évidence notre dépendance en matière de gravure fine au leader mondial le taïwanais TSMC. Sans parler de rivaliser en matière de miniaturisation -TSMC vient d'annoncer 35 milliards d'euros d'investissements pour une fabrication 3 nanomètres aux USA-, ancrer une activité "fonderie" localement est un enjeu européen plus que français. 

Une solution passerait par une grande alliance à la mode "Airbus" comme émerge par exemple un "Airbus des batteries" en matière de véhicules électriques. Les moyens à engager sont énormes et passeront notamment par le prochain plan français "Nano" appelé à succéder à Nano 2022, plan d'investissement public/privé dans le domaine l'électronique. En lien avec le prochain IPCEI (Projet d'intérêt commun européen) électronique et connectivité. Un plan "qui devrait être plus large que le précédent, explique Agnès Pannier-Runacher, qui rassemblait seulement trois pays (NDLR quatre en fait : France, Allemagne, Italie et Royaume-Unis) et une poignée d'entreprises". Soitec, qui dans le cadre de Nano 2022 a fait 500 embauches et investis actuellement dans un troisième bâtiment à Bernin, et ST Microelectronics, qui est aussi un fondeur devraient évidemment encore être de la partie sur la base de la technologie FD-SOI.

Agnès Pannier-Runacher à son arrivée à Bernin (Isère)
Agnès Pannier-Runacher à son arrivée à Bernin (Isère) © Radio France - Laurent Gallien

Le plan de relance "re-localiser"

Plus simplement la volonté de fabriquer en France pour soutenir l'emploi se traduit dans le plan de relance du gouvernement par un volet "re-localiser" qui vient de désigner 105 lauréats dont 22 dans le secteur de l'électronique. L'Etat va injecter pour eux "50 millions d'euros", explique Agnès Pannier-Runacher, afin qu'ils établissent leur futur production en France ou ramènent des productions de l'étranger. En Isère Aryballe technologies (Grenoble - olfaction digitale), Cedrat technologies (Meylan - actionneurs, capteurs et système mécatroniques), Lynred (Veurey-Voroize - détecteurs infrarouges) et Microoled (Grenoble - micro-écrans OLED) font partie de la liste.

Intelligence artificielle embarquée et électronique de puissance

Concernant les forces sur lesquelles la France peut compter et qu'il convient d'appuyer - le fameux "quart d'heure d'avance technologique" -  la secrétaire d'Etat, les Régions de France et les acteurs de la filière au sein du CSF, Comité stratégique de filière, ont signé ce jeudi un avenant au Contrat de filière qui complète la liste des stratégies à mener et sur lesquelles concentrer les efforts : renforcer la souveraineté, on vient d'en parler, rendre la filière plus attractive pour les jeunes diplômés et innover en matière transitions numérique et énergétique. Sur ce dernier point "l'intelligence artificielle embarquée" et "l'électronique de puissance" sont affichées en priorité.

L'électronique de puissance concerne la capacité des moteurs électriques de véhicules, qui doivent être toujours plus performants et toujours moins gourmands. Ce fragment là de l'industrie représente en valeur, "entre 300 euros et 1000 euros par voiture" souligne Rémi Bastien, directeur Recherche et innovation chez Renault. C'est un marché qui promet de passer de 1,6 milliard d'euros aujourd'hui à plus de 10 milliards d'euros dans une dizaine d'année et qui peut, en fonction des acteurs déjà présents en France et compétitifs, "générer 4 000 emplois dans l'automobile et au moins autant dans l'électronique".

"Nous ne serons pas en retard sur la 6G - Emmanuel Sabonnadière, directeur du CEA-Leti

Le travail sur l'IA embarquée c'est celui qui va permettre à l'avenir un bond technologique et de performance de nos voitures et de nos portables. Plusieurs axes sont important comme la vision (avec un téléphone qui ne fonctionne que parce qu'il vous reconnait par exemple), mais aussi le rapport entre miniaturisation, puissance de calcul et consommation. "Aujourd'hui", explique Emmanuel Sabonnadière, directeur du CEA-Leti, autre pilier de l'électronique en France, "l'intelligence artificielle se développe dans le cloud, avec beaucoup de données et beaucoup de puissance. Aujourd'hui un système d'intelligence artificielle use le portable en 15 minutes, donc tout l'enjeu ça va être de faire maigrir les algorithmes mais aussi de monter en compétence en puissance de calcul et puissance de consommation sur les portables". 

Un autre champ à investir est celui de la transmission des données : "Nous avons raté la 5G, regrette Emmanuel Sabonnadière, nous ne serons pas en retard sur la 6G!". Et puis après ? "Il y aura le quantique sur silicium". Vertige. "Si l'automobile avait suivi l'évolution de l'électronique, explique le directeur du CEA-Leti, la 2CV coûterait aujourd'hui moins d'un euro et roulerait à la vitesse de la lumière". 

Le site Soitec à Bernin (Isère)
Le site Soitec à Bernin (Isère) © Radio France - Laurent Gallien

Manque de main d'œuvre

Mais quelle que soit la vitesse de la voiture il faut toujours être capable de graisser la mécanique et de changer une roue et un des principaux problèmes peut-être de la stratégie de développement électronique en France c'est l'emploi. Virginie Hoel, enseignante à l'université de Lille science et technologie, siège au CSF des industries électroniques. "Six recrutements sur dix sont difficiles selon les entreprises du secteur et des entreprises affirment avoir refusé des projets en raison d'un manque de main d'œuvre". 

Ce n'est pas dans le numérique que ces bras et têtes manquent, mais dans des domaines "très analogiques". La filière cherche des ingénieurs hardware, des ingénieurs mécatronique mais aussi des techniciens opérateurs de salle blanches, des monteurs-câbleurs, des agents de maintenance électromécanique... En matière de formation initiale, la filière électronique va lancer, avec l'aide d'une agence de communication, une campagne dans les écoles, avec notamment un "kit d'intervention" auprès des collégiens et lycéens. Virginie Hoel et le CSF plaident pour "un renforcement de la science et de la technologie à l'école" et un développement de l'alternance. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess