Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Emplois saisonniers dans les vergers de Meurthe-et-Moselle : 450 postes cueillis

jeudi 28 juin 2018 à 20:35 Par Seina Baalouche, France Bleu Sud Lorraine

Plusieurs centaines de candidats se sont présentés ce jeudi aux portes du forum de l'emploi saisonnier à Einville-au-Jard. Des jeunes et des demandeurs d'emplois ont pu déposer leur CV à des producteurs de fruits de Meurthe-et-Moselle pour travailler dans les vergers cet été.

650 candidats ont déposé leur CV à des producteurs de fruits de Meurthe-et-Moselle pour un job saisonnier
650 candidats ont déposé leur CV à des producteurs de fruits de Meurthe-et-Moselle pour un job saisonnier © Radio France - Seina Baalouche

Meurthe-et-Moselle, France

Devant la salle polyvalente d'Einville-au-Jard, ce jeudi, plusieurs centaines de candidats ont attendu pour déposer leur CV.  Plus de 450 postes étaient à pourvoir en Meurthe-et-Moselle. Cet événement, organisé depuis une dizaine d'années par la Chambre d'agriculture et Pôle emploi, permet de mettre en relation une vingtaine de producteurs de fruits et des candidats motivés juste avant les récoltes début août. 

De jeunes candidats mais aussi des retraités

Sur la table devant Marie-José Daniel, les CV s’empilent. Elle travaille pour un producteur qui est propriétaire de 6.000 mirabelliers. Il recherche plusieurs dizaines de cueilleurs au profil précis. "Il faut être agile et se lever tôt" explique Marie-José. Pour être cueilleur, il faut souvent se lever à 6h du matin. Ce paramètre ne fait pas peur à Dominique qui vient de déposer son CV pour être conducteur de tracteur pendant la cueillette. Ce retraité veut faire ce job saisonnier, "principalement pour l'argent" explique-t-il.

Les cueilleurs sont payés à la tâche. L'année dernière, ils empochaient 2 euros brut, auquel il faut ajouter 10% de congés payés, pour un panier de 6 kilos de mirabelles récoltées. Un revenu correct pour Aurore qui vient de décrocher un job de cueilleuse à Saxon Sion. L'étudiante nancéienne a déjà travaillé dans le secteur agricole à La Rochelle l'année dernière, pour la saison d'épuration des tournesols. "Une fois qu'on a goûté à la cueillette, c'est difficile d'arrêter. On a envie de continuer", affirme la jeune fille qui poursuit :

Evidemment c'est fatigant mais ça en vaut la peine puisqu'on gagne de l'argent en étant dehors dans la nature et avec une bonne ambiance"- Aurore, étudiante

"La principale qualité d'un bon cueilleur c'est le courage"

Parmi les arboriculteurs présents, on compte Frédéric Denisot, qui possède 25 hectares de mirabelliers à Boucq dans le Toulois. Il cherchait plusieurs dizaines de cueilleurs pour cette saison. "La qualité d'un bon cueilleur c'est le courage", explique le producteur, "c'est une activité qui est difficile et répétitive, mais on essaye d'organiser les choses pour que les jeunes soient dans une ambiance festive. On est bien conscient qu'ils viennent pour gagner des sous et pas pour se faire engueuler. On a compris qu'ils venaient aussi pour la convivialité et l'ambiance."

Cette année, 650 candidats se sont présentés au forum de l'emploi saisonnier.