Économie – Social

En 2016, Amélie-les-Bains aura (enfin) son centre thermoludique

Par Martin Cotta, France Bleu Roussillon mercredi 19 février 2014 à 19:59

Voilà à quoi ressemblera le centre thermoludique

Ce mercredi, la mairie et la société gestionnaire du site ont signé les conventions pour permettre la création d'un établissement de bien-être à Amélie-les-Bains. Un projet ancien qui désormais se concrétise.

Cela fait depuis 1994 que l'idée d'une station thermale trotte dans la tête des élus et se murmure dans la bouche des habitants. Depuis que la mairie de la commune a racheté le site de l'ancien Hôpital Thermal des Armées en fait. C'est là que se dressera le nouveau centre thermoludique en 2016.

La partie n'a pas été facile pour les différentes majorités à la mairie d'Amélie-les-Bains qui se sont succédé. Débats houleux, farouches opposants, recours en pagaille, "le projet ne peut plus être arrêté " savoure Alexandre Reynal le maire. "Ce centre a l'objectif d'être le plus attractif d'Europe " lance t-il. 

Pour comprendre l'importance de ce qui peut paraître une énième structure thermale dans le paysage des Pyrénées-Orientales, il faut aller voir les commerçants. "Cela va nous ramener des touristes. Comme tout le monde en France, Amélie-les-Bains souffre de la crise " explique Vincent, un habitant. L'établissement pourra accueillir 100 000 personnes par an, 350 par jour. On comprend pourquoi le projet fait l'unanimité chez les commerçants.

"C'est le prochain poumon d'Amélie-les-Bains"

  • Gilbert, rôtissier dans le centre ville.

Concrêtement, le centre thermoludique comportera plusieurs bassins d'eau thermale, venant directement des montagnes. Les visiteurs pourront assister à des spectacles ou des conférences dans un amphithéâtre. Plusieurs jardins vont aussi pousser avec une vue panoramique sur le massif du Canigou.

La grande nouveauté réside surement dans "la grotte musicale". Une partie de celle-ci sera aménagée en lieu relaxant où il sera possible d'écouter le bruit de l'eau . Les travaux du site commenceront a priori dès le début de l'année prochaine.

Le reportage France Bleu Roussillon de Martin Cotta