Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

En 2018, "les petites entreprises ont enfin sorti la tête de l'eau", constate la présidente de la CPME Haute-Vienne

jeudi 31 janvier 2019 à 10:45 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Les derniers indicateurs économiques au niveau national et régional laissent entrevoir une embellie. Est-ce vrai aussi en Haute-Vienne ? Oui, plutôt, selon la présidente de la confédération des petites et moyennes entreprises.

Vu de la CPME, Laurence Beaubelique confirme l'embellie économique pour 2018 en Haute-Vienne
Vu de la CPME, Laurence Beaubelique confirme l'embellie économique pour 2018 en Haute-Vienne © Radio France - Françoise Ravanne

Haute-Vienne, France

"C'est vrai que 2018 a été beaucoup plus favorable", note Laurence Beaubelique. La baisse de 3% du chômage en Limousin n'étonne pas la présidente de la CPME de Haute-Vienne, qui répondait à 8h15 sur France Bleu Limousin aux questions de Françoise Ravanne. "Les PME ont enfin sorti la tête de l'eau, elles ont embauché, les carnets de commandes se remplissent au fil du temps", dit-elle, avant de nuancer, selon les secteurs : "l'hôtellerie-restauration reste fragile, ça va mieux pour le bâtiment". Quant au commerce, il a souffert des mouvements sociaux de fin d'année, explique Laurence Beaubelique, alors que la situation tendait à s'améliorer. 

Globalement, la présidente de la CPME Haute-Vienne reconnaît qu'il y a "une dynamique, les gens sont peut-être un peu plus confiants". Il faut quand même attendre les bilans, ajoute Laurence Beaubelique. Et sur le nombre de nouveaux entrepreneurs, en forte hausse, elle met un bémol, car on ne sait pas pour combien de temps ils sont là. "Souvent les gens ont les compétences métiers, mais pas les compétences gestion, et il faut que nous les aidions".