Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

En Bourgogne-Franche-Comté on est peut-être moins riche qu'ailleurs mais on a du cœur

-
Par , France Bleu Bourgogne

Selon un sondage Odoxa - Leetchi pour France Bleu et la Presse régionale c'est en région PACA que les gens donnent le plus à des associations ou des fondations caritatives. Avec 178 euros par an en moyenne les habitants de Bourgogne-Franche-Comté se classent 7e sur 12 régions métropolitaines.

La générosité des Bourguignons ne s'exprime pas que par les dons d'argent
La générosité des Bourguignons ne s'exprime pas que par les dons d'argent © Maxppp -

La recherche médicale est à 43% la cause préférée des Français. Derrière viennent la protection de l'enfance (avec 36%) et la lutte contre la pauvreté (avec 35%). Huit Français sur 10 déclarent chaque année faire des dons d'argent à des associations, des fondations ou à des projets. Autre tendance lourde qui se dégage de cette enquête d'opinion: le don via des cagnottes ou du "crowdfunding". Un Français sur cinq, surtout des moins de 25 ans, a déjà donné par ce biais.  

La Bourgogne-Franche-Comté, 7e sur 12 au niveau des dons d'argent

Une générosité bien partagée sur l'ensemble du territoire mais qui varie bien évidemment d'une région à une autre. Où se situe notre Bourgogne-Franche-Comté? Eh bien si on regarde le Top 3 des régions dans lesquelles le don moyen à une association, à une fondation ou directement à des personnes en difficulté est le plus élevé, on trouve tout d'abord la Provence-Alpes-Côte-d'Azur (avec 363 euros par an), vient ensuite l'Ile-de-France (355 euros) et sur la troisième marche du podium la région Auvergne-Rhône-Alpes (avec 313 euros par an). 

La Bourgogne-Franche-Comté est dans le ventre mou du classement, 7e sur 12 région métropolitaines. Dans les 8 départements de cette grande région on donne en moyenne 178 euros par an. C'est au dessous de la somme d'argent donnée en moyenne par les Français: 246 euros.

Où se situe la région Bourgogne-Franche-Comté dans ce classement?

Les habitants de la Grande Région ont peut-être moins d'argent qu'ailleurs mais ils sont généreux

Peut-être est-ce parce qu'on a moins d'argent. En tout cas, une chose est sûre, en Bourgogne on n'a pas moins de cœur qu'ailleurs. C'est ainsi que chez nous 71% des personnes interrogées disent donner de temps en temps des vêtements, des chèques restaurant ou de la nourriture à des particuliers dans le besoin. Certains d'entre nous révèlent même accorder un peu de leur temps aux maraudes du Samu Social ou aux Restos du Cœur par exemple.

La petite Mathilde et ses parents. La fillette est atteinte d'une forme très rare d'autisme, son affection ne touche que 4 personnes dans le monde  - Radio France
La petite Mathilde et ses parents. La fillette est atteinte d'une forme très rare d'autisme, son affection ne touche que 4 personnes dans le monde © Radio France - Jacky Page

D'ailleurs donner moins d'argent qu'ailleurs ne veut pas dire être moins solidaires. Comme le prouve le cas de Mathilde, cette enfant de 10 ans, qui mobilise une grande majorité d'habitants à Bligny-lès-Beaune. L'enfant est atteinte d'une maladie très rare: le TBR1. Le TBR1, c'est une maladie génétique, une déviance de l'autisme, extrêmement rare puisque seules quatre personnes dont notre petite Côte-d'orienne sont atteintes à travers le monde. Benoît, le papa de Mathilde.

 "Elle est en centre à Messigny-et-Vantoux quatre jours par semaine et elle passe le mercredi à la maison avec sa maman. Depuis trois ans maintenant on l'emmène en Espagne pour des soins qu'on ne trouve pas chez nous en France". 

La belle mobilisation de Bligny-lès-Beaune en faveur de Mathilde et ses parents

Isabelle Creuzenet présidente du foyer rural de Bligny-lès-Beaune et Christine Mondange membre d'une association de Bligny-les-Beaune suivent de près le cas de la petite Mathilde - Radio France
Isabelle Creuzenet présidente du foyer rural de Bligny-lès-Beaune et Christine Mondange membre d'une association de Bligny-les-Beaune suivent de près le cas de la petite Mathilde © Radio France - Jacky Page

6 000 euros par an sont nécessaires pour assurer la prise en charge des soins non-remboursés par la sécurité sociale et les mutuelles des parents. Une somme monumentale pour les parents dont les revenus ne suivent pas. Heureusement ils ne sont pas seuls. "Humainement les gens sont très touchés et nous aident financièrement à mener à bien toutes nos opérations". Le week-end dernier, c'est le club de basket de Bligny qui s'est mobilisé pour une collecte de fonds lors d'un tournoi. 

En mai dernier, c'est le Foyer Rural qui avait lancé sa propre opération. Isabelle Creuzenet sa présidente. "Nous avons fait une grande tombola en sollicitant les artisans, les commerçants autour de chez nous (...) et nous avons récolté 3 338 euros 20. L'année prochaine on recommencera car on est content de pouvoir apporter une petite pierre à l'édifice".

Une mobilisation en demi-teinte sur Leetchi pour Alaïs, étudiante handicapée à l'Université de Bourgogne. La jeune femme bénéficie pourtant d'un beau soutien de la part de sa famille et de ses amis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu