Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saône-et-Loire : l'entreprise de matériel électronique Eolane est placée en liquidation judiciaire

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) a placé ce mercredi 25 novembre l'entreprise de matériel électronique Eolane Montceau en liquidation judiciaire. Elle emploie 77 salariés à Montceau-les-Mines.

Le site Eolane de Montceau-les-Mines est placé en liquidation judiciaire
Le site Eolane de Montceau-les-Mines est placé en liquidation judiciaire © Maxppp - Josselin CLAIR

La décision est tombée ce mercredi au tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône. L'entreprise de matériel électronique Eolane Montceau, qui emploie 77 salariés à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) est placée en liquidation judiciaire. "On a une institution judiciaire qui n'est pas très courageuse", a réagi Ralph Blindauer, qui défend le Comité social et économique (CSE) d'Eolane Montceau.   

Un pillage organisé ? 

Le CSE avait à plusieurs reprises dénoncé la méthode du groupe international Eolane (3.000 employés) qui viserait, selon le CSE, à "piller" Montceau de son outil industriel et de son activité afin de les redistribuer ailleurs au sein du groupe et de faire payer les licenciements par la collectivité.   

Eolane Montceau avait été placée en redressement judiciaire le 30 septembre et n'avait trouvé aucun repreneur depuis. Le site avait déjà été menacé de fermeture en 2017 mais une action en justice avait stoppé la cessation d'activité. La perspective de commandes avait finalement entraîné l'annulation du projet de fermeture, en 2018, mais il avait refait son apparition au début de cette année.  

Me Blindauer a précisé se réserver le droit de faire appel en fonction des primes de départ que la direction consentirait à verser aux salariés. Une action directe en justice, contre le groupe et son PDG est possible en l'absence d'accord.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess