Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Centre-Val de Loire, les femmes sont plus touchées que les hommes par la pauvreté

L'Insee Centre-Val de Loire s'apprête à publier une enquête dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, lundi 8 mars, sur les femmes et la pauvreté. Cette enquête montre que 32% des femmes à la tête de familles monoparentales vivent sous le seuil de pauvreté dans la région.

Une distribution alimentaire au Secours Populaire, à Troyes dans l'Aube, 18 novembre 2020.
Une distribution alimentaire au Secours Populaire, à Troyes dans l'Aube, 18 novembre 2020. © Radio France - Rémi Brancato

A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, qui aura lieu lundi 8 mars, l'Insee publie une enquête inédite en Centre-Val de Loire sur la pauvreté des femmes et leur situation spécifique face à la pauvreté. Il en ressort que si le taux de pauvreté général (la part de la population qui vit sous le seuil de pauvreté retenu à 1.090 euros par mois pour une personne seule) est un peu moins élevé en Centre-Val de Loire qu'en France (13,1% contre 14,6%) les femmes sont, selon les âges, plus exposées que les hommes.

Les femmes seules surreprésentées parmi les personnes pauvres (source Insee Centre Val de Loire)
Les femmes seules surreprésentées parmi les personnes pauvres (source Insee Centre Val de Loire) - Insee Centre Val de Loire

Le taux de pauvreté des femmes est supérieur de un point à celui des hommes, et c'est quand elles sont à la tête de familles monoparentales qu'elles sont les plus touchées par la pauvreté. Sur environ 100.000 familles monoparentales en Centre-Val de Loire, les trois quarts ont une femme comme chef de famille. Et parmi elles, 32% vivent sous le seuil de pauvreté. Alors que ce taux est de 22% pour les hommes. 

Une pauvreté plus marquée et plus durable après une séparation

Cela représente plus de 25.000 mères de famille monoparentale qui vivent en moyenne 20% en dessous du seuil de pauvreté, donc avec moins de 870 euros par mois. Et si l'on prend en compte les enfants, cela fait 67.000 personnes concernées. Le basculement vers la pauvreté fait souvent suite à une séparation. Une femme sur quatre devient pauvre après un divorce, et selon Florian Legoff, chargé de cette étude à l'Insee Centre-Val de Loire, la situation dure plus longtemps pour elles, c'est ce qu'a montré une étude nationale, "on a constaté qu'après une séparation, la baisse du niveau de vie atteint 20% chez les femmes, 10% chez les hommes. Et que la sortie de la pauvreté est plus rapide pour eux".  

La pauvreté des familles monoparentales (source Insee centre Val de Loire)
La pauvreté des familles monoparentales (source Insee centre Val de Loire) - Insee Centre Val de Loire

Ces chiffres malheureusement sont confirmés par les associations caritatives. La banque alimentaire a ainsi mené une enquête en 2020 auprès de ses bénéficiaires. Sur les 1.000 personnes interrogées, 70% étaient des femmes. Un phénomène que la crise sanitaire va amplifier, c'est ce que redoutent les associations.

Les femmes seules plus pauvres aux deux extrémités de la vie

Autre enseignement apporté par l'enquête de l'Insee Centre-Val de Loire : parmi les personnes seules, le taux de pauvreté est plus élevé chez les hommes que chez les femmes, et leur niveau de précarité est plus importante, c'est-à-dire qu'ils ont des revenus plus bas. Mais les femmes seules en situation de pauvreté sont plus nombreuses que les hommes, en raison de leur espérance de vie, plus longue. 

Le taux de pauvreté des personnes seules selon l'âge (source Insee Centre Val de Loire)
Le taux de pauvreté des personnes seules selon l'âge (source Insee Centre Val de Loire) - Insee Centre Val de Loire

Et cela cache une autre réalité, à chaque extrémité de la vie, chez les moins de 30 ans et chez les plus de 75 ans, les femmes redeviennent plus nombreuses parmi les personnes pauvres. Pour Florian Legoff, "on n'a pas forcément d'explication pour les plus jeunes, en revanche pour les femmes plus âgées, la raison c'est le niveau des pensions de retraite, beaucoup plus faibles"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess