Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans les villages corses, les marchands ambulants profitent du confinement

-
Par , , France Bleu RCFM

Les "traculini" ont du succès, auprès des habitants, du fait des mesures de confinement. Certains, en Haute-Corse, trouvent même de nouveaux clients.

Village de Castifao, Haute-Corse
Village de Castifao, Haute-Corse © Maxppp - F. Scholz

Le confinement a aussi des effets sur le travail des vendeurs ambulants. Ces traculini, qui sillonnent nos villages dans leurs camions pour vendre fruits, légumes et viandes, ont dû adapter leur manière de travailler. Gants, masques et gestes "barrière" obligatoires sont devenus quotidiens. 

Mais cela ne les a pas arrêtés, et heureusement. Les traculini ont vu leur activité considérablement augmenter, ces dernières semaines. Pour certains, elle a même doublé. En cause, des gens qui ne travaillent plus et ne font donc plus leurs courses en grande surface. De plus, les corses qui ont choisi de passer le confinement dans leurs villages respectifs font de plus en plus appel à eux. 

Jean-Louis Constant, artisan boucher à Siscu dans le Cap Corse a senti la différence.

"J'ai beaucoup plus de commandes sur mes tournées, que ce soit dans le Cap Corse, sur le Nebbiu, ou en Casinca. Nous avons doublé les livraisons, et nous travaillons avec des gens habilités à livrer, et protégés de ce virus. Les clients nous demandent régulièrement le prix, avant que l'on arrive. Ce sont des paiements par chèque, la plupart du temps, il n'y a pas de contact. Mais nous avons aussi le paiement sans contact par carte bleue". 

"Ils n'ont pas trop le choix"

Petru Bracci, lui, vend ses légumes de la région bastiaise jusqu’au centre corse. Il dit avoir trouvé de nouveaux fidèles sur son chemin habituel. 

"On s'est fait énormément de nouveaux clients. C'est sûrement dû au fait que la plupart du temps, quand on passait, les gens travaillaient, étaient en plaine, ou n'avaient pas trop envie de se servir chez le traculinu. Là, ils n'ont pas trop le choix".

Et d'ironiser : "Le confinement a aidé les gens à remonter au village, ils ne s'étaient peut-être aperçu qu'il y avait aussi des meilleures conditions de vie... Il y a des inconvénients, mais il y a aussi beaucoup d'avantages !". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess