Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Côte-d'Or, surveillance accrue pour les locations Airbnb

-
Par , France Bleu Bourgogne

Désormais, tous ceux qui proposent une location vont être beaucoup plus surveillés, les communes peuvent demander à Airbnb combien de personnes louent leur maison et sur quelle durée.

Vacances, j'oublie tout. Sauf de déclarer ma location. -Photo d'illustration-
Vacances, j'oublie tout. Sauf de déclarer ma location. -Photo d'illustration- © Radio France - Olivier Estran

Youpi, voila le week-end. Vous allez peut-être en profiter pour prendre le large et trouver une location de dernière minute. Il existe plein d'offres sur internet, et on est nombreux à passer par le site Airbnb qui propose des locations entre particuliers. C'est simple, commode, on a rapidement une maison clé en mains. 

Ce succès conduit la cour européenne à obliger Airbnb à être plus transparent et à respecter la loi française.  Toutes les communes qui le souhaitent peuvent demander à la plateforme numérique combien de propriétaires louent un logement et sur quelle durée. Cela doit éviter les dérives, et les locations non déclarées.

"Entre Beaune, Dijon et le reste du département , on estime qu'il y a en Côte-d'Or 2.500 à 3.000 logements Airbnb" explique Patrick Jacquier, le président en Côte-d'Or de l'Union des Métiers de l'Hôtellerie. "On ne conteste pas la concurrence car elle amène des visiteurs qui peuvent aussi venir dans les locations professionnelles. Ce que l'on souhaite , c'est que la règle soit la même pour tout le monde en termes de déclarations et de redevances."

"On est livrés à nous-mêmes, à nous de déclarer nos revenus" - Pierre, un propriétaire

Ce qui est pointé du doigt, c'est "d'oublier" d’intégrer les loyers perçus à sa déclaration de revenus et de ne pas signaler à sa mairie que le logement a servi d’hébergement touristique, afin de ne pas verser la taxe de séjour comme la réglementation l'oblige.

Est-il facile de ne rien dire quand on passe par ce genre de plateforme ? "J'ai adhéré à Airbnb en 2017 quand j'ai mis un logement en location saisonnière à Seurre." explique Pierre Morey. "On vous explique que c'est à vous de déclarer vos revenus. On a adhéré à ce réseau par Internet et on n'a rencontré personne. On a pas eu d'interlocuteur direct , les relations avec Airbnb se sont faites par ordinateur. L'arrivée des clients nous est signalée par sms ou mails. Ensuite ce sont les vacanciers qui nous contactent directement." Pas emballé par ce mode de fonctionnement, ce propriétaire préfère louer son appartement par le site de Gîtes de France et par son propre site internet. 

Beaune va continuer à demander des comptes

A Beaune, on voit passer beaucoup de touristes, et la ville s’inquiète de la multiplication de logements entre particuliers. La municipalité n'a pas attendu la décision de la cour européenne pour réclamer des comptes à Airbnb.

"Nous l'avons sollicité, comme d'autres territoires, et nous avons reçu les déclarations  de la plateforme Airbnb, et nous avons reçu également le versement d'une certaine partie de la taxe de séjour" détaille Pierre Bolze, le premier adjoint de la ville. "Sur Beaune nous avons 367 meublés déclarés. Ça nous permet de coller à la réalité, car il faut que les règles soient les mêmes pour tout le monde, et en particulier sur la taxe de séjour."

"Nous ne sommes pas opposés à ce mode de location, mais on doit trouver un équilibre. On est la zone d'emplois la plus dynamique de la Bourgogne Franche-Comté et on a besoin de logements pour accompagner cette dynamique. Il faut donc que les appartements et maisons ne soient pas exclusivement dédiées à cette activité, mais que la population locale puisse aussi se loger."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess