Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

En Creuse, les aides à domicile veulent désormais des actes forts, "c'est un beau métier mais je suis épuisée"

-
Par , France Bleu Creuse

L'ancienne ministre Myriam El Khomri a remis ce mardi au gouvernement son rapport sur le "grand âge". L'objectif est de rendre les métiers liés aux personnes âgées plus attractifs. 20% des salariés vivent actuellement sous le seuil de pauvreté.

Yolande et Françoise, aide à domicile depuis 30 ans
Yolande et Françoise, aide à domicile depuis 30 ans © Radio France - Lauriane Havard

Département Creuse, France

Le plan El Khomri préconise notamment de créer 92.300 postes supplémentaires en 5 ans, d'augmenter les salaires des aides à domicile ou encore de revoir le remboursement des frais de déplacement, aujourd'hui trop faible. 

Des mesures vues d'un bon œil de la part d'Agardom, une association d'aides à domicile basée à Aubusson. Néanmoins, Vanessa Leclou-Moreira, la directrice d'Agardom estime que ces mesures "arrivent trop tard". Pour les aides à domicile, le temps presse !

Il y a urgence depuis dix ans ! Aujourd'hui je suis dans un état d'épuisement !

Depuis 30 ans, Françoise exerce son métier "avec bonheur", mais la fatigue s'accumule. Ce mardi après-midi, elle s'est arrêtée comme chaque semaine, chez Yolande, à Saint-Pardoux-Les-Cards. "Je viens ici pendant trois heures pour rentrer le bois de Yolande, lui faire ses courses et un peu de ménage". Cela fait des années qu'il faut agir estime Françoise : "il y a urgence depuis dix ans, aujourd'hui je suis dans un état d'épuisement !". Les nombreux déplacements et la charge de travail pèsent sur le physique et moral, "tout ça pour un salaire qui n'excède pas les 1400 euros". De plus, dans la profession, les accidents de travail sont très fréquents. Françoise vient de se remettre d'une entorse après une chute sur son lieu de travail.

Un métier humain à valoriser

Si les mesures préconisées par Myriam El Khorim sont effectivement mises en place, selon Françoise "cela va dans le bon sens". L'auxiliaire de vie aime son métier et le fait par conviction. "Depuis 30 ans je me lève tous les matins et je suis heureuse de faire ce métier, d'aider les gens. On a un rôle très important dans la société". Certains bénéficiaires en sont conscients, comme Yolande, 90 ans. "J'attends son arrivée! C'est mon rayon de soleil, ma confidente. _Les gens qui viennent nous rendre service il faut les considérer un peu comme de la famille!_"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu