Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

En difficulté économique, le journal Sud-Ouest va supprimer 132 postes

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu La Rochelle

Le président du directoire du groupe Sud-Ouest a annoncé ce mercredi aux salariés la mise en place dans l'année à venir d'un plan de départs volontaires qui concernera 132 personnes dont 20 journalistes. Le bureau d'Angoulême sera fermé.

Une cinquantaine de postes pourraient être supprimés sur le site de Brazza à Bordeaux.
Une cinquantaine de postes pourraient être supprimés sur le site de Brazza à Bordeaux. - © AFP

Bordeaux, France

Confronté à une baisse régulière de sa diffusion papier de 6 à 7% chaque année, le journal Sud-Ouest, comme beaucoup d'autres titres de presse écrite, connait des difficultés économiques importantes. Ce mercredi, le président du directoire du groupe, Patrick Venries, qui a pris la succession d'Olivier Gerolami au mois de mai dernier, a rassemblé les salariés au siège du journal quai des Queyries à Bordeaux. Il leur a brossé un tableau assez pessimiste de la situation avant d'annoncer la mise en place très rapidement d'un plan de départs volontaires qui concernera 132 personnes. 20 journalistes intégreront ce PDV, qui devra être réalisé dans les douze prochains mois. Par ailleurs le bureau d'Angoulême va fermer ses portes. C'est là que Patrick Venries avait lui-même débuté sa carrière au sein du journal en 1990 avant de rejoindre Bordeaux. Mais ce choix est expliqué notamment par l'implantation sur place de la Charente-Libre, un titre qui appartient également au groupe Sud-Ouest. En 2014, la direction du journal Sud-Ouest avait déjà annoncé un plan de départs volontaires de 126 salariés.