Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En difficulté suite à la crise sanitaire, EDF lance un vaste plan d'économies

-
Par , France Bleu

Selon les informations de nos confrères du Monde, EDF a lancé en interne un vaste plan d'économies pour faire face aux pertes dues à l'épidémie de coronavirus. Elles s'élèveraient entre deux et trois milliards d'euros.

Le siège d'EDF à Paris
Le siège d'EDF à Paris © Maxppp - Christophe Morin

Durement touché par l'épidémie de coronavirus et la crise sanitaire, EDF a lancé, en interne, un vaste plan d'économies, selon les informations du Monde. Appelé "Mimosa", ce plan permettrait de combler les pertes engrangées par le producteur d'électricité, estimées entre deux et trois milliards d'euros.

La crise sanitaire a fortement impacté le groupe. Fin avril, le patron de Réseau de Transport d'Electricité annonçait que la consommation d'électricité en France avait baissé de 20% depuis le début du confinement. EDF indique à franceinfo que le chiffre d'affaires du groupe a diminué de 300 millions d'euros au premier trimestre 2020, par rapport au premier trimestre de l'année précédente.

Plusieurs pistes envisagées

Selon Le Monde, l'entreprise étudierait plusieurs pistes : "des cessations d'actifs importants, un gel des embauches et des investissements". Le groupe aurait également demandé à ses branches et ses filiales de présenter des budgets à la baisse.

Un porte-parole du groupe confirme ce lundi qu'un plan d'économies était en préparation, mais a jugé prématuré d'entrer dans les détails. On devrait en savoir plus lors du conseil d'administration du groupe fin juillet.

Dans le journal de l'entreprise, le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, aurait évoqué ce plan selon Le Monde : "Tout en réduisant certaines dépenses, nous n'abandonnons aucun de nos grands projets (...). Nous ne renoncerons à rien d'essentiel, mais, dans quelques cas, nous retarderons certaines dépenses, nous étudierons certains actifs du groupe si c'est nécessaire, et nous serons très attentifs à ce qui n'est pas immédiatement indispensable".

Selon des documents consultés par le quotidien, le géant de l'électricité envisage "une forte hausse de la dette, + cinq milliards à + dix milliards d'ici à 2022 sans aucune correction". La dette d'EDF s'établissait à 41 milliards d'euros à la fin de l'année dernière.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess