Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

En gare de Bourges, les syndicats veulent mobiliser pour le vote action

lundi 14 mai 2018 à 15:09 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

On vote à la SNCF jusque lundi prochain : du 14 au 21 mai, les syndicats engagés contre la réforme organisent un vote-action. Un référendum pour que chaque cheminot indique s'il est pour ou contre la réforme engagée par le gouvernement.

Alexandre (CGT) et Michel (CFDT) responsables de l'urne en gare de Bourges pour le premier jour du vote-action.
Alexandre (CGT) et Michel (CFDT) responsables de l'urne en gare de Bourges pour le premier jour du vote-action. © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Concrètement, dans le Cher, les syndicats ont prévu trois urnes pour voter : une à Vierzon, une pour les gares entre Bourges et St-Amand et une en en gare de Bourges où les syndicalistes iront dans les bureaux avec l'urne pour inciter à voter. Les syndicats veulent une participation maximale.

Vingt-quatre cheminots avaient voté à dix heures du matin pour le premier jour du vote-action, en gare de Bourges. - Radio France
Vingt-quatre cheminots avaient voté à dix heures du matin pour le premier jour du vote-action, en gare de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Etes vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ? Une seule case à cocher, oui ou non. Chaque votant doit remplir la feuille d'émargement pour éviter que certains votent deux fois. Alexandre, cheminot depuis 12 ans, ne s'est pas fait prier pour voter : " C'est important que chaque cheminot puisse s'exprimer au delà des dires des dirigeants et de la hiérarchie. Pour qu'en haut-lieu, on nous écoute pour les négociations en cours." 

La gare de Bourges, déserte, une fois de plus depuis le 3 avril. - Radio France
La gare de Bourges, déserte, une fois de plus depuis le 3 avril. © Radio France - Michel Benoit

Comme à Air France, les syndicats misent sur l'adhésion des salariés. Stéphane Démarre, délégué CGT : " On va démontrer à Pepy (patron de la SNCF) et à l'opinion publique que les cheminots sont contre cette réforme. On veut démontrer qu'on ne peut passer une réforme en force contre l'avis des cheminots. C'est pour répondre à la guerre psychologique que met en place Mr Pépy. Cela nous permet de ré-occuper le terrain, de retourner à la rencontre des cheminots pour les inviter à rejoindre le mouvement." 

Stéphane Démarre, responsable des cheminots CGT à Bourges. - Radio France
Stéphane Démarre, responsable des cheminots CGT à Bourges. © Radio France - Michel Benoit

 A 10H00 du matin, vingt-quatre cheminots avaient voté à Bourges : les participants à l'assemblée générale organisée chaque jour de grève... Plus de 300 cheminots sont appelés à participer au référendum dans le Cher.