Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

En Haute-Vienne, à défaut de trouver un repreneur, la société Steva pourrait être sauvée par Steva !

jeudi 14 mars 2019 à 17:30 Par Germain Treille, France Bleu Limousin et France Bleu Creuse

A Bessines-sur-Gartempe, sauver l'usine Steva passe désormais par une solution portée par Steva. C'est la nouvelle piste qui ressort de l'audience de ce jeudi 14 mars devant le tribunal de commerce de Lyon. Une porte étroite pour sortir de cette crise économique et sociale.

L'usine Steva de Bessines-sur-Gartempe (image d'archives)
L'usine Steva de Bessines-sur-Gartempe (image d'archives) © Radio France - Françoise Ravanne

Bessines-sur-Gartempe, France

Ce jeudi 14 mars, l'entreprise haut-viennoise est passée à deux doigts de la catastrophe, une liquidation pure et simple. En arrivant à Lyon, il n'y avait pas grand-chose à dire, rien en fait à présenter. Aucun dossier de reprise sur la table. Rien. Et puis la solution Steva est apparue et a été défendue. Une solution alternative très rare vu la complexité du dossier, les dettes.

Un sursis supplémentaire pour les 110 salariés à Bessines

La loi le permet. En cas d'absence de repreneur, le chef d'entreprise d'une société qui traverse de graves difficultés peut monter une opération de sauvetage. Ici, les 110 salariés, qui continuent bon gré mal gré de venir sur leur lieu de travail, y sont favorables, les clients de Steva également et ils l'ont d'ailleurs fait savoir par courrier aux juges, et la Région Nouvelle-Aquitaine pèsera de tout son poids pour que ça marche souligne un représentant du personnel.

Au patron de Steva de présenter un dossier de reprise sérieux et solide

Le tribunal de commerce n'a donc pas fermé la porte offrant quelques mois supplémentaires de répit à Steva, le temps de présenter un dossier solide. La période d'observation est prolongée jusqu'au 5 juillet. Au patron de l'usine de Bessines, Philippe Lassablière, de prendre la main maintenant. Un nouveau point d'étape sera réalisé le 3 avril.. Et si d'ici là, un repreneur se fait connaître, son dossier sera alors considéré comme prioritaire.