Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

EN IMAGES - Au marché de Noyers, le prix de la truffe de Bourgogne s'envole

dimanche 29 octobre 2017 à 16:04 Par Pierre Coquelin, France Bleu Auxerre et France Bleu Bourgogne

700 euros le kilo ! Sur le traditionnel marché de Noyers-sur-Serein (Yonne), le prix de la truffe de Bourgogne a atteint des sommets. Principale explication selon les producteurs : la sécheresse, qui rend la denrée plus rare.

Cette année, la truffe de Bourgogne a atteint les 700 euros le kilo !
Cette année, la truffe de Bourgogne a atteint les 700 euros le kilo ! © Radio France - Pierre Coquelin

Noyers, France

Cette année, la truffe de Bourgogne mérite plus que jamais son surnom de diamant noir. Ce dimanche, sur le traditionnel marché de Noyers-sur-Serein, le prix de vente a atteint 700 euros le kilo. En 2016, à la même époque, il fallait débourser 450 euros maximum pour la même quantité.

700 euros le kilo... Un monsieur au canifage nous a dit que c'était quand même exagéré - Micheline

10h30 précises, la clarine retentit. C'est le top départ de la vente sous les arcades de la place du marché au blé. La foule se presse auprès des tables et de la quinzaine de producteurs présents cette année. "Je ne suis pas acheteuse, mais par rapport aux autres marchés des années précédentes, ça semble élevé. La semaine dernière, c'était le même prix à Is-sur-Tille (Côte-d'Or). Un monsieur au canifage nous a dit que c'était quand même exagéré. Personnellement, je n'ai jamais vu ça !", explique Micheline, venue du Loiret. C'est décidé : cette année, elle savourera les truffes... seulement avec les yeux !

Les effets de la sécheresse

Un peu plus loin, Jean-François, un Francilien, vient de débourser 30 euros pour 50 grammes de truffes. Deux petites boules noires dans son sachet qui termineront sur des pâtes ou en omelette. Et puis il y a ceux qui ont un peu plus de flair pour dénicher les bonnes affaires, à l'image de Thierry, local de l'étape. "J'ai eu un petit tarif préférentiel car je connais la personne. Mais chut...", sourit ce fin gourmet, qui s'apprête à faire un beurre de truffe.

"Si vous ne mettez pas entre 8 et 10% de truffe, ce n'est pas la peine ! Les produits à base de truffe à 2 ou 3%, ce n'est pas la peine d'investir un kopeck. Vous ne sentez rien" - Gilbert Darras, vice-président de la confrérie

Mais comment expliquer cette envolée des prix ? "Certainement la sécheresse. Un phénomène qui se répète et qui fait que les filons se tarissent. Il y a eu aussi beaucoup de produit attaqué par des petits scarabées qu'on appelle le liodès, les limaces, les souris... Et on a aussi beaucoup de pourri cette année", répond Bodvaël, producteur dans la Nièvre. "On atteint parfois ce prix là souvent en fin de saison", ajoute-t-il, s'attendant à une saison "compliquée".

Cette année, la truffe de Bourgogne mérite plus que jamais son surnom de diamant noir - Radio France
Cette année, la truffe de Bourgogne mérite plus que jamais son surnom de diamant noir © Radio France - Pierre Coquelin

700 euros le kilo

Un marché qui ne serait pas le même sans la confrérie de la truffe de Bourgogne de Noyers. Dans leur habit de cérémonie, ses membres défilent dans les allées. "Comme dans tous les commerces, c'est de gré à gré, commente Gilbert Darras, vice-président de la confrérie, en colère face à cette flambée des prix. La confrérie n'a pas de droit de veto dessus. C'est un produit rare et bon", explique le trufficulteur.

Cette année, il n'y avait qu'à peine 25 kilos de marchandise sur les tables des producteurs. "Vous êtes venu à Noyers avec un certain budget. Si les prix ont flambé, vous allez en acheter éventuellement moitié moins. Mais quand vous allez préparer vos mets, vous allez diminuer les doses par deux. Si vous ne mettez pas entre 8 et 10% de truffe, ce n'est pas la peine ! Les produits à base de truffe à 2 ou 3%, ce n'est pas la peine d'investir un kopeck. Vous ne sentez rien", se lamente Gilbert Darras.

La période de récolte de la Tuber Uncinatum (nom latin de la truffe de Bourgogne) est soumise à réglementation. Aimant l'ombre et la fraîcheur, elle arrive à maturité de la mi-septembre à la fin janvier. Elle se récolte notamment en Auvergne, Franche-Comté, Bourgogne, Champagne-Ardenne et Lorraine.

Prochains marchés aux truffes de Bourgogne à Noyers les dimanche 12 et 26 novembre.