Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

EN IMAGES - Les commerçants de Lisieux mobilisés contre le nouveau plan de stationnement

jeudi 23 novembre 2017 à 19:55 Par Pierre Coquelin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Près de 150 personnes se sont réunies ce jeudi en fin de matinée dans la cour de l'hôtel de ville de Lisieux. Un café-citoyen pour exprimer leurs craintes face au nouveau plan de stationnement dans le centre-ville. Une délégation de commerçants et d'habitants a été reçue en mairie.

Entre 120 et 150 personnes rassemblées ce jeudi contre le nouveau plan de stationnement en centre-ville de Lisieux
Entre 120 et 150 personnes rassemblées ce jeudi contre le nouveau plan de stationnement en centre-ville de Lisieux © Radio France - Pierre Coquelin

Lisieux, France

Près de 150 personnes se sont rassemblées ce jeudi dans la cour de l'hôtel de ville de Lisieux à l'occasion d'un café-citoyen. Certains commerçants ont également baissé leur rideau de fer pour protester contre le nouveau plan de stationnement dans le centre-ville de la capitale du Pays d'Auge. L'objectif : lutter contre les voitures ventouses, ces véhicules qui restent stationnés des heures, parfois des journées, ne permettant pas de rotation. Depuis le 1er août, de nouvelles règles ont été mises en place : trois zones de stationnement, des nouveaux horodateurs...

Selon les commerçants mobilisés, le nouveau plan de stationnement a doublé le nombre de places payantes. Xavier Lejeune tient deux salons de coiffure dans le centre-ville. "Depuis le mois d'août, on a une trentaine de personnes en moins par établissement et par mois. Avec une moyenne de 35-40 euros la prestation, j'ai perdu entre 10 et 13 000 euros sur ces 4 mois. C'est énorme", se lamente le commerçant, qui a du renoncer à embaucher une employée en CDD faute de trésorerie.

Stress et inquiétudes

Des commerçants qui s'inquiètent d'un "centre-ville qui se meurt". Ils décrivent des clients stressés par le temps. "Cette semaine, j'ai une dame qui m'a dit : "faut que je me dépêche, car mon stationnement va se terminer. Au lieu d'acheter un pull et un pantalon, elle essaye que le pull. Et les ventes s'en ressentent", note Christelle, gérante d'une boutique de prêt à porter.

Dans la foule, il y a aussi des habitants, comme Bernard. "J'ai la chance d'habiter un endroit où il n'y a pas encore de parcmètre. Mais le matin, dans ma rue, dès 8h30, toutes les places sont prises. Les gens tournent. Les médecins ne peuvent pas se garer. Les infirmières se garent souvent en double-file. Pour ma part, un jour, j'ai été obligé d'aller me garer à Saint-Désir !", précise le retraité.

Depuis le mois d'août, on a une trentaine de personnes en moins par établissement et par mois. Avec une moyenne de 35-40 euros la prestation, j'ai perdu entre 10 et 13 000 euros sur ces 4 mois. C'est énorme - Xavier Lejeune, coiffeur

Autre motif de grogne : le prix des abonnements. Jusqu'à 330 euros pour une personne qui habite hors-Lisieux. "Nous pensons que trop c'est trop", explique Alain Le Renard, de l'association citoyenne "Lisieux à venir". Après plus d'une heure d'attente, une délégation a été reçue par le maire. Une réunion précédée de moments de tension dans les couloirs de l'hôtel de ville entre des représentants des commerçants et un conseiller municipal. Dehors, la foule scande : "On veut entrer".

"Donner du temps au temps"

Du côté de la mairie, on veut "donner du temps au temps". "Il y a une période d'adaptation nécessaire", commente Bernard Aubril, le maire de Lisieux. "Le nouveau plan de stationnement a bon dos. Les principales difficultés s'expliquent par la situation économique actuelle et l'évolution des modes de consommation, notamment internet", ajoute le maire.

Une pétition a déjà recueilli plus de 4700 signatures. La mairie a annoncé qu'elle ferait un bilan début 2018.