Économie – Social

EN IMAGES - Réforme du Code du travail : un petit millier de manifestants à Châteauroux

Par Pierre Coquelin, France Bleu Berry mardi 12 septembre 2017 à 12:50

Manifestation suivie dans les rues de la capitale de l'Indre : près de 1000 personnes réunies place de la République
Manifestation suivie dans les rues de la capitale de l'Indre : près de 1000 personnes réunies place de la République © Radio France - Pierre Coquelin

Entre 900 et 1.000 personnes ont défilé ce mardi matin dans les rues de Châteauroux (Indre) contre la réforme du Code du travail, à l'appel de la CGT, de Sud et la FSU. 5 autres rassemblements ont eu lieu dans le Cher.

Les Castelroussins ont répondu massivement à l'appel des syndicats opposés à la réforme du Code du travail proposée par le gouvernement : entre 900 et 1.000 personnes ont défilé dans le centre-ville de Châteauroux. Des manifestants aussi bien opposés à la forme qu'au fond de ce projet. "Même si certains syndicats nous disent qu'il y a eu de la concertation, ce ne sont pas six réunions de 2 heures qui peuvent aboutir à quelque chose", explique Josiane Delaune, secrétaire de l'union départementale de la CGT dans l'Indre.

Comme dans toutes les grandes familles, il y a des petits incidents qu'il faut régler au plus vite dans l'intérêt général des travailleurs, qu'ils soient du public ou du privé" - Pascal, secrétaire FO à Châteauroux

Il y a aussi un mot qui a choqué. Celui de "fainéant", en rapport aux propos tenus vendredi dernier par Emmanuel Macron. "Ni cynique, ni fainéant, ni extrême, mais clairvoyant", c'est ce qu'on peut lire sur la pancarte de Dominique. "Les personnes qui sont au chômage ne sont pas fainéantes. Elles voudraient bien travailler. C'est un terme qui blesse. On ne comprend pas". Nicolas, de la CGT, lui embraye le pas. "Je travaille comme tout le monde, 35 heures, voire plus. Je suis même fatigué le soir quand je rentre à la maison. Je suis un travailleur, et heureusement qu'on est là, sinon la France ne tournerait pas", confie-t-il.

"Ni cynique, ni fainéant, ni extrême", peut-on lire sur la pancarte de Dominique, choqué par les propos du Président.  - Radio France
"Ni cynique, ni fainéant, ni extrême", peut-on lire sur la pancarte de Dominique, choqué par les propos du Président. © Radio France - Pierre Coquelin
Certains ont opté pour l'humour pour marquer leur opposition  - Radio France
Certains ont opté pour l'humour pour marquer leur opposition © Radio France - Pierre Coquelin

La CGT s'estime satisfaite du mouvement à Châteauroux. "C'est plutôt pas mal. On assiste à un mouvement historique : fusion des CHSCT, négociations sans les syndicats... On n'a jamais eu ce niveau de brutalité. Et puis il y a aussi les insultes. Je tiens à rappeler à M. Macron qu'il n'y a pas de fainéants dans les manifs. Je suis fonctionnaire. J'ai 41 ans. Je travaille depuis mon âge de 18 ans. Je n'ai aucune leçon à recevoir d'un planqué, d'un banquier et d'un bourgeois", s'insurge José-Manuel, de la CGT, qui demande le retrait des ordonnances.

José-Manuel Félix (CGT) : "Je n'ai aucune leçon à recevoir d'un planqué, d'un banquier et d'un bourgeois"

Des militants CFDT et FO présents

Aux côtés des drapeaux attendus de la CGT, FSU et Sud, quelques surprises. Les dirigeants nationaux de Force ouvrière et de la CFDT n'appelaient pas à descendre dans la rue ce mardi. Et pourtant, certains militants étaient présents. "Je suis là en tant que citoyen, que père, pour ma fille et mes futurs petits-enfants, et après, comme syndicaliste. Il est temps que les instances nationales se réveillent !", lance Jean-Louis, coordinateur CFDT pour le groupe Vivarte. Il a démissionné il y a un mois et demi de son poste de juge prud'hommale. _"Le plafonnement des indemnités prud'hommales, c'est scandaleux : on va se retrouver avec une tablette et on va dire "tiens, tant d'années, on va lui mettre tant". On fait le jeu du patronat"_, ajoute Jean-Louis.

Je tiens à rappeler à M. Macron qu'il n'y a pas de fainéants dans les manifs. Je suis fonctionnaire. J'ai 41 ans. Je travaille depuis mon âge de 18 ans. Je n'ai aucune leçon à recevoir d'un planqué, d'un banquier et d'un bourgeois" - José-Manuel Félix (CGT)

Le symbole d'une base qui ne comprend plus les décisions de ses représentants. Pascal, secrétaire FO à l'hôpital de Châteauroux-Le Blanc dénonce les "ambiguïtés" de Jean-Claude Mailly, son secrétaire général. "Pour l'instant, on manifeste. Mais je pense qu'il va devoir rendre des comptes très rapidement, et qu'il faut qu'il prenne les devants. Comme dans toutes les grandes familles, il y a des petits incidents qu'il faut régler au plus vite dans l'intérêt général des travailleurs, qu'ils soient du public ou du privé".

Dans le Cher, il y avait cinq points de rassemblements : à Bourges,Vierzon, Saint-Amand, Saint-Florent et la Guerche-sur-l'Aubois...

Parmi les syndicats présents, la CGT qui dénonce une "liquidation totale" du Code du travail - Radio France
Parmi les syndicats présents, la CGT qui dénonce une "liquidation totale" du Code du travail © Radio France - Pierre Coquelin
Les manifestants ont arpenté les rues du centre-ville de Châteauroux - Radio France
Les manifestants ont arpenté les rues du centre-ville de Châteauroux © Radio France - Pierre Coquelin