Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

EN IMAGES - Retour sur la visite du Ministre de l'agriculture et de l'alimentation dans l'Indre

jeudi 17 mai 2018 à 19:12 - Mis à jour le jeudi 17 mai 2018 à 23:22 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Stéphane Travert, le Ministre de l'agriculture et de l'alimentation a visité l'usine Barilla de Montierchaume ce jeudi, avant de rencontrer les syndicats agricoles en Préfecture et d'animer une réunion publique.

La marque Harry's est née à Châteauroux en 1970.
La marque Harry's est née à Châteauroux en 1970. © Radio France - Jonathan Landais

Montierchaume, France

France Bleu Berry a suivi le déplacement du ministre de l'agriculture et de l'alimentation Stéphane Travert ce jeudi dans l'Indre, dans le cadre des "Rencontres du gouvernement". Ce déplacement s'est achevé par une réunion publique au Château des planches de Saint-Maur. Voici l'essentiel de la journée en images.

200 personnes au Château des planches

Le ministre a répondu à une dizaine de questions pendant 1h30. - Radio France
Le ministre a répondu à une dizaine de questions pendant 1h30. © Radio France - Jonathan Landais

Réécoutez les échanges entre le ministre et le public

Quelques 200 personnes ont participé ce jeudi soir pendant 1h30 à la réunion publique organisée au Château des planches à Saint-Maur. Le Ministre de l'agriculture et de l'alimentation a répondu aux questions portant sur de nombreux sujets de préoccupations : réforme de l'apprentissage, hausse de la CSG, faiblesse des pensions agricoles, foncier agricole, primes de la PAC, accès aux soins, hausse du prix du beurre... vous pouvez revivre le live vidéo de la soirée sur le compte twitter du ministère.

Des tags de la FDSEA à Saint-Maur

Les inscriptions auraient été faites dans la nuit de mercredi à jeudi - Aucun(e)
Les inscriptions auraient été faites dans la nuit de mercredi à jeudi - FDSEA 36

Juste avant le venue du ministre dans l'Indre, des agriculteurs de la FDSEA auraient tagué des inscriptions notamment devant le Château des planches à Saint-Maur. Une action "silencieuse" justifiée ainsi : "Ce collectif n'a pas voulu faire d'action coup de poings, ni de blocage, ni de déversement quelconque car plus personne ne l'écoute, _le silence est pesant dans nos campagnes_", une action faite en silence, "comme les agriculteurs qui disparaissent du paysage, en silence", indiquent-ils dans un communiqué.

Le Ministre avait expliqué ses réformes ce jeudi matin sur France Bleu Berry, pour réécouter son interview, cliquez sur le lien ici.

Une poignée d'agriculteurs devant la Préfecture

A quelques jours de l'arrivée à l'Assemblée du projet de loi sur l'agroalimentaire, texte issu des états généraux de l'alimentation et qui doit permettre de mieux rémunérer la profession, quelques agriculteurs de l'Indre se sont rassemblés devant la Préfecture "pour dire nos inquiétudes au Ministre", dit Jérôme Tellier de la FDSEA 36, éleveur de bovins à Migné en Brenne. "On a trop attendu, il est temps de passer des promesses aux actes".

Jérôme Tellier de la FDSEA 36, éleveur de bobins à Migné en Brenne - Radio France
Jérôme Tellier de la FDSEA 36, éleveur de bobins à Migné en Brenne © Radio France - Jonathan Landais

"Il y a de moins en moins d'éleveurs laitiers dans l'Indre"

Les syndicats agricoles ont remis au cabinet du Préfet une sorte de "cahier de doléances", avec déjà des propositions d'amendements au futur projet de loi car selon eux "le compte n'y est pas".

Stéphane Travert en visite à Barilla

En milieu d'après-midi, jeudi, le ministre de l'agriculture et de l'alimentation avait visité l'usine Harry's de Montierchaume, du groupe italien Barilla, qui emploie plus de 500 salariés et fabrique brioches et pains de mie. Barilla revendique être le plus gros acheteur de blé dur dans le monde. La marque achèterait 140.000 tonnes de blé chaque année en France, l'enjeu est donc majeur pour les céréaliers français.

Une nouvelle filière blé français dite "innovante"

Barilla vient de lancer la première filière de blé français "responsable", ce qu'est venu saluer le ministre de l'agriculture. Dès cet été, la marque achètera un tiers de son blé à quelques 200 céréaliers français, notamment de la région Centre-Val de Loire. Une contractualisation avec un cahier des charges très précis (plus respectueux de l'environnement), et à la clé, une meilleure rémunération pour les agriculteurs.

Que change cette nouvelle filière pour les agriculteurs ?

Barilla indique aussi avoir supprimé totalement l'huile de palme de ses produits depuis 2013 et n'utiliser que des œufs de poules élevées au sol et 100% françaises. Le Ministre "y voit la promesse d'une alimentation saine et durable". Cette année la marque italienne doit lancer sur le marché deux nouveaux produits : une nouvelle gamme de pain bio et du pain sans sucres ajoutés.